Soins aigus en médecine humanitaire

Pereira da Costa, Carina ; Niyonteze, Vanessa ; Tischhauser, Joëlle (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Santé de Fribourg, 2019.

Problématique : Les infirmières1 peuvent rencontrer plusieurs difficultés lors d’un départ en mission humanitaire : le problème de communication dans un contexte nouveau, le risque d’exposition à des événements traumatisants, ou la confrontation à des situations dangereuses sans savoir comment agir ou se mettre elles-mêmes en sécurité. De plus, la prise en charge de patients, en... Mehr

Zum persönliche Liste hinzufügen
    Résumé
    Problématique : Les infirmières1 peuvent rencontrer plusieurs difficultés lors d’un départ en mission humanitaire : le problème de communication dans un contexte nouveau, le risque d’exposition à des événements traumatisants, ou la confrontation à des situations dangereuses sans savoir comment agir ou se mettre elles-mêmes en sécurité. De plus, la prise en charge de patients, en utilisant parfois une nouvelle approche de prodiguer des soins et de traiter les pathologies auxquelles l’infirmière n’est pas forcément habituée, est une préoccupation supplémentaire. Ces éléments réunis augmentent considérablement le risque de développer un syndrome de stress post-traumatique. Certes, il existe des actions déjà préconisées pour aider le personnel humanitaire souffrant de syndrome de stress post-traumatique. Mais qu’est-il possible d’instaurer en plus afin d’éviter ou de diminuer le risque de son apparition ? Question de recherche : Quels sont les risques du syndrome de stress posttraumatique chez les infirmières parties en mission humanitaire dans un contexte critique, et quelles sont les recommandations afin de les diminuer ou les éviter ? Méthode : Ce travail est une revue de littérature. Plusieurs recherches effectuées sur des bases de données ont permis de sélectionner six articles correspondant à notre thématique et respectant les critères d’inclusion et d’exclusion. À l’aide de grilles d’analyse, nous les avons évalués en vue de juger leur pertinence. Notre cadre de référence nous a servi de guide à la rédaction de ce travail. Résultats : Sur la base de nos recherches, nous avons pu identifier quelques facteurs de risque du développement d’un syndrome de stress post-traumatique chez les infirmières ayant effectué des missions humanitaires. Ainsi par exemple, les traumatismes éventuels déjà vécus par le passé, des antécédents dans la santé mentale, des données sociodémographiques ou encore l’expérience dans l’humanitaire liée notamment au nombre de missions déjà effectuées. Les recommandations que nous soulevons concernent particulièrement la préparation du personnel humanitaire avant le départ, ainsi que son suivi en termes de soutien psychologique pendant et après la mission. Conclusion : L’ensemble des données récoltées ainsi que leur analyse nous ont permis de répondre à notre question de recherche. Nous avons mis en évidence les recommandations existantes qui visent à assurer un suivi complet lors d’une mission humanitaire, selon les besoins relevés par des professionnels ayant vécu des expériences plus ou moins difficiles. Cependant, plusieurs auteurs attirent l’attention sur l’importance de continuer à étudier et faire évoluer les possibilités de préparation, de formation et de soutien psychologique afin de diminuer les risques de développer un syndrome post-traumatique. Ce qui permettrait d’améliorer la qualité de vie de ce personnel humanitaire au retour des missions.