Faculté des lettres et sciences humaines

"Nous" et "eux" : la construction de la différence dans le discours politique en Suisse : Le cas de deux initiatives populaires fédérales

Boucrot, Géraldine ; Dahinden, Janine (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2018.

Ce travail de mémoire se propose d’étudier la construction de la différence dans le discours politique en Suisse, lors d’initiatives populaires fédérales concernant le thème de l’immigration. Plus précisément, il est question de deux initiatives populaires : l’initiative « Schwarzenbach » (1970) et l’initiative « contre l’immigration de masse » (2014). En utilisant les... More

Add to personal list
    Résumé
    Ce travail de mémoire se propose d’étudier la construction de la différence dans le discours politique en Suisse, lors d’initiatives populaires fédérales concernant le thème de l’immigration. Plus précisément, il est question de deux initiatives populaires : l’initiative « Schwarzenbach » (1970) et l’initiative « contre l’immigration de masse » (2014). En utilisant les approches théoriques du boundary work et de l’intersectionnalité, j’analyse comment les politicien-ne-s construisent la différence entre « la communauté nationale imaginée » et les « autres » immigré-e-s, lors de ces deux initiatives. Afin de me pencher sur ce processus de différenciation entre in- et out-groups, je mobilise la méthode de l’entretien d’expert-e et de l’analyse critique de discours, sous l’angle de l’approche historique du discours. Ce faisant, je m’intéresse plus particulièrement aux catégories de personnes qui sont identifiées par les politicien-ne-s comme n’appartenant pas à la communauté nationale imaginée lors de ces deux initiatives, aux marqueurs mobilisés afin de construire les frontières symboliques envers elles, ainsi qu’aux stratégies de boundary-making visant une modification ou un déplacement desdites frontières.
    Mon analyse montre que si les catégories de personnes qui sont identifiées comme n’appartenant pas à la communauté nationale imaginée varient lors de ces deux initiatives, le processus de construction de la différence reste semblable. La logique de l’Etat-Nation, qui structure les représentations et les imaginaires, apparaît également comme une constante, qui permet l’émergence du sentiment d’appartenance à la communauté imaginée suisse, ce qui en retour permet de construire l’altérité.