Faculté des lettres et sciences humaines

L'endémie palustre au sud du Mali : représentations locales et gestion thérapeutique familiale : étude de cas dans le cercle de Sikasso

Frieden, Marie-Cécile ; Ghasarian, Christian (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2008 ; 235.

Ce travail est une recherche en anthropologie médicale portant sur la médecine «familiale» dans la région de Sikasso, au sud du Mali. Il s’agit principalement de déterminer quelles sont les connaissances relatives au paludisme et quelles sont les pratiques de guérison mises en oeuvre au sein des unités domestiques. Le paludisme est une maladie parasitaire transmise par les piqûres... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail est une recherche en anthropologie médicale portant sur la médecine «familiale» dans la région de Sikasso, au sud du Mali. Il s’agit principalement de déterminer quelles sont les connaissances relatives au paludisme et quelles sont les pratiques de guérison mises en oeuvre au sein des unités domestiques. Le paludisme est une maladie parasitaire transmise par les piqûres d’un moustique, qui contamine entre 300 et 600 millions de personnes et décime près d’1 million d’individus par année. Dans les centres de soins, on le diagnostique grâce à un test sanguin qui détecte la présence du parasite dans le sang. Des traitements curatifs sont ensuite prescrits afin d’empêcher le parasite de se multiplier et finalement de l’éradiquer. Dans la région étudiée, comme dans la plupart des pays subsahariens, le paludisme sévit à l’état endémique ; c’est donc une maladie fréquente, connue et reconnue. Mais si les populations locales ont identifié les symptômes de cette affection, elles n’utilisent pas le même découpage sémiotique que la médecine occidentale. Adoptant les logiques locales de dénomination, j’ai alors relevé un ensemble d’entités nosologiques populaires relatives à l’endémie palustre et à d’autres affections biomédicalement délimitées. Ainsi, les acteurs locaux traduisent le terme de paludisme par la notion de sumaya, qui est une affection à la base de nombreuses autres maladies dérivées. Cette entité s’inscrit dans un ensemble de représentations, de croyances et de pratiques sur lesquelles je me suis penchée tout au long de ce mémoire. J’ai donc tenté de déterminer les cadres idéel, institutionnel et pratique relatifs à cette affection et à ses dérivés, tels qu’ils ont été élaborés par les habitants de deux milieux différents : le village sénoufo de Pimperna et le quartier populaire de Mancourani à Sikasso