Analyse de la presse quotidienne gratuite et payante

Lacôte, Thierry ; Ramirez, José (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute école de gestion de Genève, 2007 ; TDEE 49.

Mon choix s’est porté sur le thème des quotidiens gratuits et payants. Ce sujet d’actualité, directement lié à l’économie, est un phénomène nouveau encore peu analysé. Le but de ce travail de diplôme est d’analyser le marché de la presse dans sa globalité. La méthodologie fut de faire un zoom, partant des la presse étrangère pour finir sur le marché Suisse romand. Dans un... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Mon choix s’est porté sur le thème des quotidiens gratuits et payants. Ce sujet d’actualité, directement lié à l’économie, est un phénomène nouveau encore peu analysé. Le but de ce travail de diplôme est d’analyser le marché de la presse dans sa globalité. La méthodologie fut de faire un zoom, partant des la presse étrangère pour finir sur le marché Suisse romand. Dans un premier temps, l’analyse est purement ciblée sur les quotidiens étrangers. Les premières grandes conclusions sont que les gratuits s’avèrent être un nouveau média avec une structure et une cible différentes. Les phénomènes de duplication avec la presse payante sont faibles. Toutefois son impact est visible, notamment avec les payants « populaires ». La venue des gratuits a développé le marché des annonceurs. La forte différenciation de positionnement existante avec les payants créé un marché plus complémentaire que concurrentiel. Par la suite, l’analyse se concentre à la Suisse. Depuis des années, la presse helvétique s’est considérablement appauvrie. Ce constat alarmant est le fait de puissants groupes financiers qui contrôlent le paysage médiatique. Ces principaux groupes sont Edipresse et Ringier. Cette perte de diversification est notable lors de la disparition du « Journal de Genève » et de la « Gazette de Lausanne », qui, avec la fusion du « Nouveau Quotidien », donnera naissance au quotidien « Le Temps ». Le seul organisme capable de contrer ces deux mastodontes est La ComCo (commission de la concurrence). Son but, sur ce marché, est d’éviter une trop forte concentration de ces groupes qui mettrait en péril les principes de la concurrence. Toutefois, aucun organisme est à même de s’imposer sur le plan intellectuel afin de freiner l’uniformisation des informations. L’aspect structurel du marché sera alors abordé. Les coûts fixes très élevés sont principalement constitués des charges du personnel. L’étude sur les salaires fait ressortir, dans certains cas, une régression salariale préoccupante au cours des deux dernières années. Les revenus publicitaires représentent une grande proportion du chiffre d’affaire, voire l’essentiel pour les gratuits. Les recettes sont en nette progression ces dernières années. La principale explication est une bonne reprise conjoncturelle qui entraîne une multitude d’offres d’emploi dans les journaux. Ces offres étant plus nombreuses, les recettes gonflent. Dans la partie consacrée au côté statistique, il est possible de voir, grâce aux différents graphiques, la prise de pouvoir des gratuits au détriment des payants. Pour finir, un chapitre évoquant les divergences existantes entre ces deux types de quotidiens, lesquels, en apparence, semblent très proches, mais dès que l’on affine l’analyse, les traits de caractères surgissent.