Les problèmes de reconnaissances des prestations des physiothérapeutes, les effets à long terme sur l'offre, la demande et la formation à Genève

Hyde, Fabienne ; Desjacques, Corinne (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute école de gestion de Genève, 2007 ; TDEE 46.

Les physiothérapeutes genevois rencontrent de nombreuses difficultés concernant la reconnaissance de leurs prestations, principalement par les assurances. En effet, les assurances-maladie, qui veulent et doivent sans cesse diminuer leurs coûts totaux, amoindrissent le nombre de remboursements accordés. Cette diminution se traduit par des restrictions sur le nombre de séances remboursées... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Les physiothérapeutes genevois rencontrent de nombreuses difficultés concernant la reconnaissance de leurs prestations, principalement par les assurances. En effet, les assurances-maladie, qui veulent et doivent sans cesse diminuer leurs coûts totaux, amoindrissent le nombre de remboursements accordés. Cette diminution se traduit par des restrictions sur le nombre de séances remboursées ainsi que par une augmentation des vérifications relatives aux prescriptions et à leurs nécessités. Ces effets ont pour cause une diminution du nombre de traitements effectués. De plus, le coût de la vie, ainsi que les charges d’un cabinet sont en constante évolution. Les physiothérapeutes doivent donc supporter une diminution de leur chiffre d’affaire. A la suite de recherches plus approfondies sur le marché de la physiothérapie genevoise, plusieurs scénarii sur l’avenir de ce marché ont été envisagés : aucun changement, une modification de la valeur du point, un changement de tiers-payant à tiers-garant, l’implantation de la plateforme « TrustCenter » et la création de commissions spécialisées de physiothérapie. Chacun de ces scénario a été approfondi par rapport à l’effet à long terme sur l’offre, la demande, la formation des physiothérapeutes ainsi que sur leurs revenus. Un tableau a été mis en place afin de classer ces divers scénarii en fonction de leurs avantages et de leurs inconvénients. Le changement de tiers-payant à tiers-garant ainsi que la modification de la valeur du point sont les scénarii qui ressortent comme étant les meilleures solutions pour l’avenir des physiothérapeutes. Ces deux scénarii ont des similitudes, comme la mise en application qui doit être décidée conjointement entre les associations de physiothérapie cantonale et nationale, qui représentent les physiothérapeutes, ainsi que Santésuisse, qui représente les assurances-maladie. Dans ces deux cas, une augmentation de la valeur du point et du chiffre d’affaire des physiothérapeutes auront lieu. En effet, suite à un changement du système de facturation du tiers-payant par tiers-garant, les assurances prévoient d’accorder une augmentation de la valeur du point des physiothérapeutes relative à la prise de risque concernant l’insolvabilité des patients. Le marché de la physiothérapie genevoise, grâce à ces deux scénarii, devrait connaître un regain d'intérêt et un meilleur avenir.