Quand l'art rime avec la bourse

Chen, Jia ; Fragnière, Emmanuel (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute école de gestion de Genève, 2007 ; TDEE 43.

Cet essai tente de jeter un coup d’oeil sur le marché de l’art qui est si prospère et si controversé aujourd’hui. En utilisant les logiciels de statistique SPSS et de modélisation GAMS, nous obtenons divers résultats qui confirment l'hypothèse que l’art pourrait être une classe d’actifs gérables dans un portefeuille comme les autres actifs courants, par exemple les actions,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Cet essai tente de jeter un coup d’oeil sur le marché de l’art qui est si prospère et si controversé aujourd’hui. En utilisant les logiciels de statistique SPSS et de modélisation GAMS, nous obtenons divers résultats qui confirment l'hypothèse que l’art pourrait être une classe d’actifs gérables dans un portefeuille comme les autres actifs courants, par exemple les actions, l’or, le pétrole, …etc. Les résultats statistiques nous démontrent qu’il existe bien des relations concordantes entre les trois actifs : l’art, l’or et le pétrole. Plus le temps est long, plus forte est la corrélation. Mais quand au rapport de rendement et de risque, l’art a un meilleur comportement parmi les trois et il est plutôt stable pendant les périodes de guerres et de crises. Notre recherche sur la tendance de ce marché nous a conduite jusqu’à la supposition d’un investissement sur l’indice d’art contemporain. Bien que cet usage ne soit pas encore appliqué au marché de l’art, nous sommes convaincue que c’est dans l’air du temps. Le logiciel d’optimisation GAMS confirme notre hypothèse de ne pas mettre l’art, l’or et le pétrole dans un même panier. En revanche, avec l’indice de l’art contemporain, le pétrole, dollar/euro et l’indice SMI, notre portefeuille a atteint un rendement de 8,9% mais seulement 4,8% de volatilité (la volatilité de T-bill américain entre 1875-1999) et il a également moins de risque pour le même rendement qu’un portefeuille sans la classe de l’art. Les frontières d’efficiences expliquant cette issue sont tracées suite aux résultats de GAMS. Grâce à cette étude portée sur le marché de l’art, nous nous sommes rendue compte des diverses possibilités offertes par ce marché aux investisseurs qui ont envie de sortir du train-train. Il n’est pas si dangereux et coûteux qu’on croit, et, c’est un marché en plein essor qui réserve de belles surprises aux gens de bon sens…