Faculté des sciences

Population size, density ans dynamics, and social organization of wild boar (Sus scrofa) in the Basin of Geneva / Christian Hebeisen

Hebeisen, Christian ; Bshary, Redouan (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2007 ; Th.1973.

Le développement de la faune sauvage ainsi que l’augmentation de ses interactions avec les activités humaines observées durant les dernières décennies ont favorisé le développement d’une gestion fondée sur des données scientifiques. Etant donnée la diversité des facteurs intrinsèques (sexe, âge, reproduction) et extrinsèques (habitat, climat, resources alimentaires, chasse)... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le développement de la faune sauvage ainsi que l’augmentation de ses interactions avec les activités humaines observées durant les dernières décennies ont favorisé le développement d’une gestion fondée sur des données scientifiques. Etant donnée la diversité des facteurs intrinsèques (sexe, âge, reproduction) et extrinsèques (habitat, climat, resources alimentaires, chasse) susceptibles d’agir sur une population à n’importe quelle échelle, la récolte de données devrait considérer ces facteurs et s’étendre sur le long terme, afin de fournir des applications utiles aux gestionnaires. Le sanglier (Sus scrofa) fait preuve d’une remarquable adaptabilité à des environnements variés, présente un régime omnivore et une fertilité élevée. Ainsi, les densités locales et l’aire de distribution de cette espèce ont augmentés au cours des dernières années, et le sanglier s’est également bien établit dans les zones où il fut introduit. En conséquence, les conflits avec l’homme, résultant principalement des dégâts aux cultures, ont retenus l’attention des gestionnaires. Un accroissement simultané des tableaux de chasse et des dégâts aux cultures a également été observé dans le bassin genevois dès la fin du 20ème siècle. Afin de faire face à cette situation, les gestionnaires des régions concernées (les départements de l’Ain et de la Haute-Savoie et les cantons de Vaud et Genève) se sont associés dans un projet transfrontalier. Le but de cette collaboration étant de partager leurs expériences respectives et de collecter de nouvelles données, afin d’aboutir à une gestion concertée de l’espèce au niveau du bassin genevois. Ce travail s’inscrit dans le cadre du projet transfrontalier, et visait i) à adapter des méthodes de dénombrement afin de déterminer la taille de la population et sa densité, ii) à comprendre la dynamique de population et l’effet de la gestion sur celle-ci, iii) et à décrire l’organisation sociale du sanglier dans le bassin genevois. Les données concernant les deux premiers sujets ont été récoltées principalement sur le canton de Genève, alors que le dernier sujet utilise des données couvrant tout le bassin. La capture, le marquage, le suivi télémétrique et les sessions de piègeage-photo réalisés sur le terrain constituent la principale source de données du présent travail. Les données additionnelles concernant les animaux tirés ou ayant péris proviennent des gardes faunes et des chasseurs. Les résultats suivant ont été relevés : i) Les densités mesurées dans le canton de Genève sont parmi les plus élevées relevées en Europe. Le sanglier a donc su trouver des conditions environnementales favorable à son développement, même dans une région présentant des surfaces boisées réduites et une urbanisation importante ; ii) La gestion actuelle se révèle inappropriée concernant la réduction des effectifs, étant donné que l’application actuelle des consignes de tir favorise la survie des animaux les plus âgées. L’effet conjoint de conditions favorables et du maintient des individus les plus productifs, en termes de reproduction, a favorisé l’établissement d’une population dynamique dans laquelle les pertes causées par les tirs de régulation sont facilement compensées d’une année à l’autre ; iii) Enfin, l’organisation sociale du sanglier s’est également avérée très dynamique, avec des associations importantes et stables de jour et beaucoup plus variables de nuit. Les variations observées sont probablement autant influencées par les liens de parenté que par des facteurs écologiques.
    Summary
    Growing wildlife populations and their interactions with humans became important in the last decades, and raised concern about science-based management. Various intrinsic (sex, age, reproductive status) and extrinsic (habitat, climate, food resources, harvest) factors are likely to act upon a population at any considered scale, and therefore data should be collected over longer periods, as environmental conditions were shown to affect populations differently depending on sex and age structure, so as to help in management decisions. Given their adaptability to various environments, omnivorous diet and high fertility, the wild boar (Sus scrofa) has increased both its distribution range and local densities in the last decades, and adapted well where it had been introduced. As a consequence, conflicts with humans, mainly due to damages to agricultural crops, increased and required a lot of attention from wildlife managers. Increased damages and hunting bags were also recorded all over the Basin of Geneva from the end of the 20th century. Consequently, wildlife managers in the concerned administrative regions (Department Ain and Haute-Savoie and Cantons Vaud and Geneva) started a trans-border project on wild boar to gather new data and share their respective experiences in order to develop a concerted management of this particular species. The present study is part of the aforementioned project, and aimed i) to adapt counting methods to estimate population size and density, ii) to assess the population dynamics and the effect of the management strategy, and iii) to describe the social organization of wild boar. The data concerning the first two aims were collected in the Canton of Geneva, while the last subject used data from the entire Basin. Field work provided most of the data using captures and marking of wild boars, radio-tracking and photo-trapping. Additional data on shot or killed individuals was provided by official game wardens and hunters. Our study provided the following results: i) The densities recorded in the Canton of Geneva were among the highest reported in Europe, and wild boar proved to be able to find optimal environmental conditions even at a small scale and in a region characterized by small forests and intensive urbanization; ii) Current management appeared to be inappropriate to reduce population size, as the consequent pplication of the shooting rules favoured the survival of the older individuals. Given the favourable environmental conditions and the maintenance of the most productive individuals, the population appeared to be very dynamic and losses due to culling were rapidly compensated each year; iii) The social organization of wild boar was dynamic and associations were evident during the day and more variable at night, in all type of groupings. Reported variations are likely to be influenced by kinship as well as environmental conditions.