Faculté des géosciences et de l'environnement

Marketing urbain : Le développement durable est-il un argument valide ?

Moinat, Vivien ; Racine, Jean-Bernard (Dir.)

Mémoire de master : Université de Lausanne, 2007.

En 2006, la Ville de Lausanne décide d’introduire une politique de marketing urbain basée sur quatre piliers : le sport et l’Olympisme, la culture, la formation, et le développement durable. L’objet de ce travail est de s’interroger sur la validité du développement durable comme argument de promotion. Pour y répondre, il a fallu construire à partir de la littérature, une démarche... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En 2006, la Ville de Lausanne décide d’introduire une politique de marketing urbain basée sur quatre piliers : le sport et l’Olympisme, la culture, la formation, et le développement durable. L’objet de ce travail est de s’interroger sur la validité du développement durable comme argument de promotion. Pour y répondre, il a fallu construire à partir de la littérature, une démarche originale permettant d’évaluer la validité d’un argument de promotion. Cette démarche, combinant des éléments de réflexion sur l’offre et sur la demande, insiste sur le fait que l’argument de promotion doit être présent dans l’offre de la ville et qu’il doit exister une vision commune parmi les autorités. De plus, il doit être perçu comme un constituant essentiel de l’offre par la population et sa promotion doit être conforme à sa définition théorique. Il doit par ailleurs répondre à un potentiel de demande ; l’image de l’argument, telle qu’elle est perçue par le public-cible, doit correspondre à l’image émise. Finalement, il doit exister des actions ou des attributs à fort potentiel de représentativité sur lesquels la promotion peut s’appuyer pour construire une image de marque forte, unique et différenciatrice. Si l’on a répondu par l’affirmative à l’ensemble de ces questions, alors l’argument est valide pour la promotion. Le développement durable, tel que pratiqué à Lausanne, est passé au filtre de cette démarche. Bien que l’échantillon des personnes interrogées ne soit pas suffisant pour se prononcer de façon définitive, de nombreuses réserves ont été identifiées. Différents scénarii terminent le travail, ainsi que des pistes futures pour la recherche.