Travail social

Entre toxicodépendance et insertion professionnelle : un passage par les institutions résidentielles, ou, Ce qui est fait dans les institutions de type résidentiel pour permettre aux personnes toxicodépendantes d'accroître leur employabilité et de favoriser leur insertion professionnelle

Lathion, Jean-François ; Lorenz, Susanne (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute Ecole de Travail Social, 2007.

Ce mémoire s’attache à ce qui est mis en place dans les institutions de type résidentiel prenant en charge des personnes toxicodépendantes en vue de favoriser l’insertion professionnelle et de développer l’employabilité de ces dernières. Pour effectuer la recherche, une enquête a lieu sous forme d’entretiens semi-dirigés auprès des professionnels/elles de ces institutions.... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce mémoire s’attache à ce qui est mis en place dans les institutions de type résidentiel prenant en charge des personnes toxicodépendantes en vue de favoriser l’insertion professionnelle et de développer l’employabilité de ces dernières. Pour effectuer la recherche, une enquête a lieu sous forme d’entretiens semi-dirigés auprès des professionnels/elles de ces institutions. Les résultats montrent certaines manières de faire (notamment ateliers de travail, cours, mises en situation professionnelle ou de la vie quotidienne) qui permettent de développer diverses compétences, donc l’employabilité. Mais il ressort également certaines incohérences ou contradictions sur lesquelles il paraît important de s’interroger : contrairement au discours des intervenants/es – disant que l’insertion professionnelle est une priorité – les actions entreprises sur le terrain ne se centrent pas sur cette insertion professionnelle, qui est laissée à des organes extérieurs. La contradiction est renforcée par le fait que le mandat politique des institutions résidentielles consiste à améliorer la santé et favoriser l’insertion sociale ; il n’est donc pas question d’aspects professionnels. Et il existe une divergence entre les exigences du marché de l’emploi et celles des employeurs/euses. Enfin, il est question de voir ce qui peut se faire à l’avenir en essayant de formuler de nouvelles perspectives.