Faculté des lettres et sciences humaines

Ethnographie d'un système de cotation éthique : qualifier l'incertitude d'une situation hybride

Rieben, Kian

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2007.

Le terrain de ce mémoire est Covalence SA, une société genevoise dont l’activité est assez récente et innovante. Cette agence propose des analyses concernant la réputation éthique sur Internet des grandes multinationales cotées en bourses. C’est EthicalQuote, le système de cotation éthique élaboré par l’agence, qui est l’objet d’étude principal. Comme tout objet technique,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le terrain de ce mémoire est Covalence SA, une société genevoise dont l’activité est assez récente et innovante. Cette agence propose des analyses concernant la réputation éthique sur Internet des grandes multinationales cotées en bourses. C’est EthicalQuote, le système de cotation éthique élaboré par l’agence, qui est l’objet d’étude principal. Comme tout objet technique, il n’est pas déconnecté des personnes qui l’on conçu, ni de celles susceptibles de l’utiliser. C’est un système hybride car composé d’humains - de leurs personnes physiques, de leurs idées, de leurs interactions – et de non humains - d’interfaces informatiques, de lignes de codage, de formulaires. Hybride il l’est aussi quand à la manière qu’il a d’agencer des êtres de natures variées : éthiques, réputations, multinationales, courbes graphiques… L’ethnologue n’est ni étranger, ni extérieur à ce dialogue entre humain et objet technique. Le regard qu’il porte sur un outil, quel qu’il soit, informe peut-être plus sur son approche, sa position que sur l’outil lui-même. Mais ce regard tente d’être le plus conscient possible de son effet performatif et surtout de celui des mots utilisés pour décrire. A ce titre, le présent travail se veut une lente et prudente progression vers l’objet, vers ce système et les dynamiques nouvelles et inconnues auxquelles il participe. L’objectif n’est pas de décrire l’outil pour lui-même, comme le ferait bien mieux un technicien, mais de saisir l’inscription de cet outil dans une situation au sens de Boltanski et Thévenot. Ce que cette lente progression dévoile, c’est le travail de qualification simultanée de l’objet et de la situation qui lui donne sens. Un travail que tous les acteurs concernés mettent en œuvre : concepteurs, utilisateurs potentiels, observateurs, journalistes et bien entendu l’ethnologue lui-même, moi en l’occurrence. C’est donc aussi de moi qu’il sera question, de ma position face à une situation que je ne parviens pas à qualifier et de ma conclusion : cette situation ne peut-être qualifiée par l’ethnologue que je suis, parce qu’elle ne l’est pas non plus pour les protagonistes plus impliqués. Ce serait faire preuve d’une prétention normative ou performative - qui va à l’encontre d’une certaine éthique du travail d’ethnologue - que de prétendre pouvoir, seul, qualifier pour les autres ce que j’ai vu. Tout au plus, la présente description contribuera peut-être à l’élaboration d’une qualification partagée. Ce cheminement débutera par des considérations méthodologiques. L’apport théorique des économies de la grandeur de Boltanski et Thévenot posera ensuite le cadre de pertinence de leurs concepts de cité, d’épreuve, de qualification et de situation. Bien que ce ne soit pas l’objet de ce mémoire un éclairage philosophique sur la notion d’éthique m’a paru nécessaire. Un détour par la littérature spécialisée qui propose ses propres qualifications, incluant Covalence dans les catégories d’organisme d’analyse sociétale ou d’agence de notation extrafinancière, permettra de poser le contexte dans lequel semble s’inscrire Covalence. Ce sera l’occasion d’introduire la notion de marché telle que Callon l’utilise et de problématiser la nature de l’agence, notamment la pertinence de son inscription dans tel ou tel contexte plus général. C’est enfin cette dernière dont il sera question à travers un historique et une présentation de ses membres. Ensuite, une description détaillée d’EthicalQuote permettra au lecteur de se faire une idée sur ce qu’est cet outil et ce qu’il fait. Suivra une description des observations menées au quotidien qui révèlera les problématiques auxquelles étaient confrontés alors les membres de l’agence et la dynamique dans laquelle ils étaient inscrits. En conclusion, c’est la problématique de la qualification de l’agence, de son outil et de son utilisation, qui sera reprise.