Faculté de biologie et de médecine

Le fait de ne pas informer un enfant quant à sa paternité biologique, dans le cas ou celle-ci est douteuse ou différente de la paternité légale, relève-t-il de la matraitance ?

Guerre, Pascal ; Brandt-Casadevall, Conception (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Lausanne, 2006.

La connaissance de ses origines biologiques est une question constitutive et existentielle pour chaque individu. Dans les cas d’incertitude, les expertises en paternité apportent leur contribution dans l’inclusion ou l’exclusion d’un lien de paternité/filiation biologique. La sous-commission « Filiation et droits de l’enfant » a été chargée d’apporter une réponse à plusieurs... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La connaissance de ses origines biologiques est une question constitutive et existentielle pour chaque individu. Dans les cas d’incertitude, les expertises en paternité apportent leur contribution dans l’inclusion ou l’exclusion d’un lien de paternité/filiation biologique. La sous-commission « Filiation et droits de l’enfant » a été chargée d’apporter une réponse à plusieurs questions sur les origines biologiques dont la question suivante : "S'il est considéré comme étant de la maltraitance envers un enfant de lui cacher la véritable identité de son père biologique (marié à sa mère ou pas) ? » La sous-commission a entrepris un travail de réflexion et a départagé la question en 3 volets : juridique, psychologique et médical. Le but de notre travail est d’apporter une réponse médicale, fondée sur l’expérience pratique des médecins, à la question suivante : « Le fait de ne pas informer un enfant quant à sa paternité biologique, dans le cas ou celle-ci est douteuse ou différente de la paternité légale, relève-t-il de la maltraitance ? » Nous présentons tout d’abord une revue de la littérature concernant les sujets de la paternité, de la filiation, de la maltraitance. Nous avons consulté 935 praticiens généralistes, psychiatres et pédiatres par le biais d’un questionnaire à choix multiple de 25 questions et nous avons analysé les 263 exemplaires retournés. Nous avons investigué la révélation des patients aux médecins, la révélation aux enfants (par qui, à quel âge, etc.), le vécu des patients et des enfants, l’avis des praticiens sur le sujet de la révélation, de la connaissance des origines biologiques, de la maltraitance, leurs conseils, etc. Nous observons que 93 praticiens ont été les confidents de situations de paternité légales différentes de la paternité biologique ou d’un doute à ce sujet. D’après les médecins, les patients (les mères, les pères et les enfants) vivent généralement mal la situation de paternité particulière. La moitié des enfants concernés étaient informés de leur filiation atypique. La majorité des enfants informés se sentaient victimes. Une proportion élevée de problèmes affectifs et psychologiques était signalée parmi les enfants informés et non informés. A la question ci-dessus, nous avons observé une différence entre la réponse globale des praticiens consultés et la littérature psychologique et psychiatrique relative au secret des origines. Nous apportons également une réflexion sur la situation des enfants dont la filiation est particulière et sur une hypothèse de prise en charge de ces patients.