Faculté des lettres et sciences humaines

Les frontières de la « libre » circulation dans le football européen : Vers une mondialisation des flux de joueurs ?

Poli, Raffaele ; Ravenel, Loïc

In: Espace Population Société, 2005, p. 293-303

Les frontières étatiques sont de moins en moins pertinentes pour définir les limites entre territoires souverains. En termes de mobilité des personnes, cependant, bien que parfois déplacées à la périphérie de nouveaux territoires en gestation, elles continuent à jouer un rôle primordial dans le contrôle et la régulation des flux, surtout pour les migrants non qualifiés. Notre... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Les frontières étatiques sont de moins en moins pertinentes pour définir les limites entre territoires souverains. En termes de mobilité des personnes, cependant, bien que parfois déplacées à la périphérie de nouveaux territoires en gestation, elles continuent à jouer un rôle primordial dans le contrôle et la régulation des flux, surtout pour les migrants non qualifiés. Notre article se concentre sur le cas des footballeurs professionnels, une population le plus souvent considérée comme faisant partie d'une élite migratoire bien intégrée dans un marché du travail mondial, pour laquelle les frontières n'ont plus d'importance. En réalité, nous mettons en exergue l'existence de logiques géographiques à même d'expliquer l'ampleur et la direction des flux. Nous montrons ainsi que la mondialisation de ces derniers n'est pas réalisée et qu'il est inexact de parler de l'existence d'un marché du travail global dans le football professionnel. Si les réseaux de transfert de joueurs tendent à se « transnationaliser », ils continuent à être redevables de proximités géo-culturelles que la décolonisation, l'intégration économique mondiale ou l'unification de l'Europe n'ont pas encore réussi à redessiner.
    Summary
    State borders are less and less relevant vvhen determining sovereign territorial limits. However, in terms of peoples' mobility, even if they are pushed to the periphery of emerging territories, State borders continue to play a crucial role in the controlling and regulation of flows, especially for non-skilled migrants. Our paper focuses on the professional football players' case. This group is frequently considered as being part of the migralory elite vvell integrated in the world labour market, for which borders have no more importance. Our article puts forward the existence of spatial logics capable of explaining the magnitude and direction of flows. We show that the flows globalisation is not yet become effective. Thus, it is incorrect to speak of the existence of a global labour market in professional football. If the players' transfer networks have a tendency toward transnationalisation, they continue to be linked to geocultural specificites that neither decolonisation, the integraled world economy or the unification of Europe have managed to redraw.