Faculté de l'environnement naturel, architectural et construit ENAC, Section des sciences et ingénierie de l'environnement, Institut des sciences et technologies de l'environnement ISTE (Laboratoire de chimie environnementale et écotoxicologie CECOTOX)

Vers un assainissement urbain durable en Afrique subsaharienne : approche innovante de planification de la gestion des boues de vidange

Koanda, Halidou ; Tarradellas, Joseph (Dir.)

Thèse sciences Ecole polytechnique fédérale de Lausanne EPFL : 2006 ; no 3530.

Ajouter à la liste personnelle
    Summary
    Justification In Sub-Saharan Africa, excreta and wastewater disposal is characterised primarily by on-site sanitation systems. This sanitation option is more likely to increase as governments, municipalities, communities, private operators and donor agencies strive to reach the Millennium Development Goals aimed at reducing by half the proportion of people without access to basic sanitation facilities. Due to increased urban population growth in Sub-Saharan Africa, the faecal sludge volumes will increase to alarming quantities in the coming decades. An evaluation of faecal sludge management practices reveals that the main shortcomings relate to the widespread lack of involvement and foresight by the municipalities, the paucity of effective legal provisions and organization, and the absence of stakeholder coordination. Stakeholder involvement for planning and implementing faecal sludge management is virtually inexistent or excluded from urban sanitation planning processes. In the majority of situations, faecal sludge management is financially not viable. This is a major cause of the indiscriminate dumping of faecal sludge in urban areas or its untreated use in urban agriculture. These practices not only pose permanent and serious health risks but also contaminate both scarce ground and surface water. Objective and general approach On the basis of these facts, which present a real challenge to sector specialists, the overall objective of our research is to develop an innovative strategic planning approach for sustainable faecal sludge management in urban areas which allows minimising public health and environmental risks. Focus is placed on developing a reproducible methodology for stakeholder involvement, on enhancing population awareness for improved faecal sludge disposal and attributing a leading role to the dynamic private faecal sludge emptying and transport operators. These aspects form the three pillars of our search for a comprehensive methodological approach. The municipality of Ouahigouya in Burkina Faso with a population of about 65'000 inhabitants was used as pilot site to launch, implement and scientifically validate the approach. Analysis and stakeholder involvement The stakeholder-based planning approach developed in Ouahigouya relies on a combination of stakeholder identification and analysis, and participatory planning techniques (focus groups, workshops, informal meetings, all-stakeholder workshops). A quantitative survey among households allowed collecting stakeholders' proposals and evaluating suggestions for improvement of faecal sludge management and neighbourhood hygiene proposed by the population. The main steps in the stakeholder involvement approach include: Jointly clarifying the objectives of the planning process together with the stakeholders; Identifying stakeholders and their interests; Classifying stakeholders according to their importance and influence based on defined criteria and confirmed by the stakeholders themselves; Identifying the interactions between the stakeholders; Verifying the results of the stakeholder analysis by the stakeholders themselves; Choosing stakeholder involvement techniques; Implementing the chosen method of stakeholder involvement: development of faecal sludge management scenarios, acceptance of the scenarios by the stakeholders in focus groups, choice and acceptance of a basic scenario for development of the future strategy in an all-stakeholder workshop; Evaluating the chosen involvement process by the stakeholders. The experience gained with the planning methods developed and implemented in Ouahigouya reveals that the "Stakeholder analysis" method is efficient and provides answers to questions such as: Who are the important and influential stakeholders? Who should participate in the planning process and in which manner? This experience also revealed the need for capacity building of certain stakeholder categories (emptying operators, women's associations, etc.) to increase their degree of involvement in the planning process. Improvement in stakeholder involvement was achieved thanks to a combination of workshops, focus groups and other informal meetings allowing less influential stakeholders (associations of local women, horticulturists, emptiers) to share information and to freely express their opinions and concern and to defend their interests. Thus, providing an excellent example of local democracy appreciated by all stakeholders of Ouahigouya. The approach developed provides tools for policy-makers and planners to ensure an effective stakeholder involvement in the process of developing a common vision and implementation of improved urban sanitation measures. The conditions for replicating the approach developed and tested in Ouahigouya are due to participatory democracy, great commitment of the local authorities and the high motivation of the stakeholders involved. Levers for the willingness-to-improve faecal sludge management and neighbourhood hygiene The evaluation method of the willingness to improve faecal sludge management by the population was based on a combination of the planned behavior model of Ajzen and the contingent valuation method, financial analysis of the pit emptying and faecal sludge enterprise, and on focus groups of stakeholders. By focusing on local practices, perceptions and individual behavior, this method revealed that financial viability – often reduced to willingness-to-pay – is not the only factor to consider when planning improvement of sanitation practices. Willingness-to-improve is highly dependant on psycho-sociological factors such as attitude towards and beliefs in an improved neighbourhood environment, social pressure on the households by the neighbourhood as well as the subjective costs and benefits expected from improved faecal sludge management. These factors therefore present levers allowing planners and decision-makers to encourage, increase and develop the demand for improved latrine emptying services, e.g. though social marketing. Promoting private entrepreneurs According to market analysis of emptying services and stakeholders involved, small private and mainly informal enterprises play a leading role in faecal sludge management in most cities of Sub-Saharan Africa. These operators, dynamic but fragile, require an appropriate institutional, jurisdictional and economic environment based on a balanced partnership between the municipality (public) and the private sector. Our study reveals that for a company truck to be profitable, about 1'000 trips per year (at 6'000 FCFA per trip) are required or the equivalent of a city of 56'000 inhabitants. In the case of Ouahigouya, profitability is increased if the emptying operators apply the latest management and professional tools and techniques, and manage to provide emptying services in neighbouring towns. Decision support tools The research led to developing decision support tools for professionals and policy-makers. These tools facilitate the development of a tariff-oriented policy to avoid uncontrolled faecal sludge discharge into the environment, to render investments by private operators profitable, and still make emptying services accessible to low-income households. This involves: Analysis of the cost structure of 3 pit emptying companies has revealed that fuel, maintenance/repair and personnel costs make up 45%, 20% and 30%, respectively, of an enterprise's operating expenses. An Excel programme was developed to allow municipalities and private operators to determine the operating costs of emptying services. This allowed to establish a sustainable money flux between the different stakeholders involved and to define the tariffs. To prevent faecal sludge discharges in the immediate residential environment or on unauthorised sites, it might under specific circumstances prove necessary and feasible to reimburse rather than charge entrepreneurs for delivering faecal sludge to the treatment sites, hence, create a strong incentive for good emptying and haulage practice. Evaluation methods of the sludge quantities to be disposed of have been developed to allow faecal sludge planning by the municipal authorities, assessment of the potential market and return on investment by the private operators. Advantages of the approach for the population of Ouahigouya Based on the results of our study, it was possible to formulate practical recommendations for the organisation of the urban sanitation sector for the municipality of Ouahigouya – now in possession of a sustainable faecal sludge management strategy. Our study has also contributed to promoting local consultation and raising the awareness of the role and contribution of each stakeholder group, in particular the previously neglected manual emptiers in their daily efforts to improve the living conditions of the urban inhabitants. The "Strategic Excreta and Wastewater Sanitation Plan", that was developed and supported by the "Office National de l'Eau et de l'Assainissement - National Water and Sanitation Agency", provides an excellent framework for the implementation of the elaborated faecal sludge management model (as part of the this strategic plan).
    Résumé
    Justification L'assainissement des excrétas et eaux usées en milieu urbain d'Afrique subsaharienne est caractérisé par la prédominance de l'assainissement autonome. Ce mode d'assainissement devrait prendre plus d'ampleur dans le cadre des initiatives prises par les Etats, les communes, la société civile, les opérateurs privés et des bailleurs de fonds pour l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) visant à réduire de moitié la proportion de la population mondiale n'ayant pas accès à un service de base d'assainissement. Les installations d'assainissement autonome (latrines, fosses septiques) produisent des boues dont les quantités sont de plus en plus impressionnantes et inquiétantes. L'évaluation des forces et faiblesses de la gestion actuelle de ces boues montre que le principal problème n'est pas lié seulement au manque de traitement, mais aussi et surtout au manque d'engagement et de vision des municipalités, de réglementation efficace, d'organisation et de coordination des acteurs. La gestion des boues de vidange ainsi que les acteurs impliqués sont quasi absents, voire exclus des processus et schémas de planification de l'assainissement urbain. Dans la plupart des cas, la gestion des boues de vidange n'est pas financièrement viable. Cette situation favorise les déversements dans l'environnement urbain ou l'utilisation des boues de vidange non traitées en agriculture. Ces pratiques présentent des risques permanents sur la santé publique, et de pollution des nappes phréatiques et des cours d'eau. Objectif et méthodologie générale Sur la base de ce diagnostic qui pose des questions essentielles aux professionnels du secteur, notre étude s'est fixée pour objectif global de développer une approche innovante de planification stratégique et concertée des boues de vidange dans le but de minimiser les risques sur la santé et l'environnement. Elle s'est focalisée sur l'implication des parties prenantes, les perceptions des populations d'une évacuation améliorée des boues de vidange, et les conditions d'éclosion d'un secteur privé dynamique dans la collecte et le transport des boues. Ces trois aspects forment les trois piliers de notre démarche méthodologique. La commune de Ouahigouya au Burkina Faso, peuplée d'environ 65'000 habitants, a servi de site pour initier, réaliser et valider cette méthode innovante. Analyse et implication des parties prenantes L'approche de planification basée sur les parties prenantes que nous avons développée à Ouahigouya s'est appuyée sur la combinaison entre l'analyse des parties prenantes ou Stakeholder Analysis et les techniques des approches participatives (groupes focaux, ateliers, discussions informelles). Une enquête quantitative auprès de 650 ménages a permis de recueillir les propositions et évaluer les conditions d'amélioration de la gestion des boues par les populations. Les principales étapes de la démarche d'implication des parties prenantes sont : Clarification des objectifs du processus de planification avec les parties prenantes ; Identification des parties prenantes et de leurs intérêts ; Classification des parties prenantes selon leur importance et leur influence sur la base de critères définis avec et validés par elles ; Identification des interactions entre les parties prenantes ; Vérification des résultats de l'analyse des parties prenantes par elles-mêmes ; Choix de la méthode de participation des parties prenantes au processus de planification sur la base des résultats de l'analyse précédente et du contexte sociopolitique local ; Mise en oeuvre de la méthode de participation choisie : élaboration de scénarii de gestion des boues, validation des scénarii par les parties prenantes à l'aide de groupes focaux, choix et validation d'un scénario de base pour l'élaboration de la future stratégie à l'aide d'un atelier ; Evaluation du processus global d'implication par les parties prenantes. L'expérience de planification locale développée et conduite à Ouahigouya montre que la méthode Stakeholder Analysis est efficace et pertinente pour répondre aux questions : Quels sont les acteurs importants et influents ? Qui doit, et de quelle manière participer au processus de planification ? Elle a aussi montré la nécessité du renforcement des capacités de certaines catégories de parties prenantes (opérateurs de vidange, associations et organisations de femmes) pour améliorer leur niveau de participation au processus de concertation. Cette amélioration de la participation a été rendue possible grâce à la combinaison des ateliers, groupes focaux et autres entretiens informels ayant permis aux parties prenantes peu influentes (associations locales de femmes et de maraîchers, vidangeurs) de partager l'information, exprimer librement leurs opinions et préoccupations et de défendre leurs intérêts. Bel exercice de démocratie locale, et appréciée des parties prenantes de Ouahigouya, l'approche que nous avons développée offre aux décideurs et planificateurs des outils pour assurer une implication réelle et efficace des acteurs au processus d'élaboration d'une vision commune et des conditions de mise en oeuvre de l'amélioration de l'assainissement urbain. Les conditions de réplication de l'approche développée et testée à Ouahigouya sont essentiellement l'existence d'une démocratie participative, l'engagement des autorités municipales et la motivation des acteurs impliqués. Leviers de la volonté d'améliorer la gestion des boues de vidange La méthode d'évaluation de la volonté des populations d'améliorer la gestion des boues de vidange et donc de l'hygiène du milieu s'est basée sur une combinaison du modèle de comportement planifié de Ajzen avec la méthode d'évaluation contingente, l'analyse financière de l'activité de vidange ainsi que les groupes focaux avec les parties prenantes. Cette méthode, en mettant l'accent sur les pratiques, les perceptions et les comportements individuels a montré que la capacité financière – traditionnellement la volonté de payer – n'est pas le seul facteur déterminant dans la planification de la demande en vidange des latrines. La volonté d'améliorer dépend fortement des facteurs psychosociologiques tels que les attitudes envers, et les convictions concernant une gestion améliorée, la pression sociale exercée sur le ménage par le voisinage, ainsi que les coûts subjectifs et les bénéfices attendus d'une gestion améliorée des boues de vidange. Ces facteurs constituent alors des leviers sur lesquels les planificateurs et les décideurs pourraient agir pour susciter, accroître et développer la demande en vidange des latrines. Conditions de dynamisation des entrepreneurs privés L'analyse du marché de la vidange et des parties prenantes impliquées a fait ressortir l'importance de la contribution des petits entrepreneurs privés, majoritairement informels, dans la gestion des boues de vidange. Ces opérateurs, dynamiques mais fragiles, ont besoin d'un environnement institutionnel et économique adapté, bâti sur un partenariat équilibré entre les municipalités et le secteur privé. Notre étude a montré qu'il faut, pour une entreprise opérant avec un camion, environ 1'000 rotations par an (pour un tarif de 6'000 FCFA par rotation) pour assurer sa rentabilité, soit l'équivalent d'une ville d'environ 56'000 habitants. Dans les villes de moins de 65'000 habitants, l'opérateur de vidange doit diversifier ses activités (collecte des déchets solides par exemple), se professionnaliser en adoptant des techniques de gestion moderne (comptabilité séparée), et conquérir le marché existant dans les communes environnantes. Outils d'aide à la décision Notre étude a aussi développé des outils d'aide à la décision des professionnels et des décideurs. Ils facilitent l'élaboration d'une politique tarifaire permettant d'éviter les dépotages incontrôlés des boues dans l'environnement, de rentabiliser les investissements des opérateurs privés, et de rendre la vidange abordable aux ménages à faibles revenus. L'analyse de la structure du coût de la vidange de 3 entreprises montre que les dépenses de carburant, de personnel et d'entretien/réparation représentent respectivement 45%, 20% et 30% des charges de l'opérateur. Un programme Excel a été élaboré pour permettre, notamment aux municipalités et aux opérateurs privés, d'établir le compte d'exploitation de la vidange, d'organiser la distribution des flux financiers entre les parties prenantes et de définir la politique tarifaire. Pour éviter les décharges à proximité immédiate des habitations ou à des lieux non autorisés, il est nécessaire dans certains cas de motiver financièrement les opérateurs, par le biais de la contribution d'une partie de la taxe d'assainissement par exemple dans le cas de Ouahigouya. Quatre méthodes d'évaluation des quantités de boues à évacuer ont été développées pour permettre la planification par les autorités communales, et l'évaluation du volume du marché potentiel et la rentabilité des investissements par les opérateurs privés. Bénéfices de la démarche pour les populations de la commune de Ouahigouya Les résultats de notre étude ont permis de formuler des recommandations pratiques pour l'organisation du secteur de l'assainissement urbain dans la commune de Ouahigouya qui dispose maintenant d'une stratégie de gestion durable des boues de vidange. Notre étude a aussi participé à la promotion d'une dynamique locale de concertation et de reconnaissance du rôle et de la contribution de chacune des parties prenantes, notamment les vidangeurs manuels dans leurs efforts quotidiens d'amélioration du cadre de vie. L'élaboration du plan stratégique d'assainissement des excrétas et eaux usées (dont une des composantes est la stratégie de gestion des boues de vidange) , avec l'appui de l'Office National de l'Eau et de l'Assainissement, offre une bonne perspective de mise en oeuvre du modèle de gestion des boues choisi par les parties prenantes.