Faculté de l'environnement naturel, architectural et construit ENAC, Section d'architecture, Institut du développement territorial INTER (Laboratoire de sociologie urbaine LASUR)

Villes à la frontière et transformation de l'espace : le cas de Haïti et la République Dominicaine

Poschet El Moudden, Lena ; Bolay, Jean-Claude (Dir.)

Thèse sciences Ecole polytechnique fédérale de Lausanne EPFL : 2006 ; no 3655.

Ajouter à la liste personnelle
    Summary
    Few borders exist which separate two countries as dramatically disparate as the Dominican Republic and Haiti. Both share the territory of the Hispaniola island, but a profound process of differentiation rooted in the colonial division of the island between France and Spain and ideologically maintained by both modern nations, has lead to what Théodat (1998, 2003) calls the "twofold insularity" – each country behaves as if it were located on a separate island. In spite of all prejudices and ethnical, historical, linguistic, social, economic or religious differences, people living in the border regions established cross-border relations which, even if largely based on economic interests, are much more frequent and important to both nations than officially admitted (De Jesus Cerdano and Dilla, 2005; Sillé & Segura & Cabral, 2002). The local dynamic created by this exchange becomes palpable when one observes the busy binational market in the border towns of Ouanaminthe (Haiti) and Dajabón (Dominican Republic). Twice a week, people from nearly the whole northern part of both countries travel to these towns located on either side of the Masacre River, in order to buy and sell goods or to offer services in the market of Dajabón. The other days, tons of cargo transit to Haiti, to the extent that the once small borderland settlements have become an important junction in the economic subsystem of the northern part of the island. Moreover, the construction of a free zone in Ouanaminthe in 2002 –to produce textiles for the US-market– has connected the borderland towns to the international economy. This recent development is set within a context of progressive opening of borders (Martinez, 1994). It is the result of international policies that have been decided in the capitals, without consulting the concerned regions. In Ouanaminthe and Dajabón, local institutions are weak and receive no or little financial and administrative support from central administration. They do not have the means to cope with growing pressure on land and infrastructure, as the emergence of legal and illegal livelihood opportunities in the borderland has generated a threefold increase of the overall population in the past twenty years (Dajabón grew from 8'500 inhabitants in 1980 to 16'000 in 2002 and Ouanaminthe from 7'000 in 1981 to 39'000 in 2003). How did these recent economic, political and societal transformations shape the urban space of the two borderland towns? I addressed this issue by analyzing the motivation of stakeholders involved in the process of spatial transformation, and the impact of their actions. In my work I refer to the conceptual framework of urban intermediation (Bolay and Rabinovich, 2004), i.e. the spatial issues that each town has to address according to its internal characteristics, its function in national and international networks and its relation to the direct rural environment. In order to use this framework for the borderland issues, the conceptual part of this study proposes to develop the concept of "borderland intermediation". To the existing urban intermediation concept, it adds the influence of the characteristics of the border (based on policy and political aspects, economic issues, local identities, social networks, national defense issues and geographical insertion). By doing so, it relates the bi-national system of borderland towns to the intermediation concept. Data has been collected over three and a half years during several periods of fieldwork: observation and mapping of occupation and use of urban space, cartography, qualitative interviews with local stakeholders and residents, completed by other primary and secondary sources. This study shows that the recent transformations have accentuated the existing unbalanced relationship between the two towns. The powerlessness of the municipality of Ouanaminthe to meet population growth and to impose regulations or taxes related to the growing trade has enhanced its dependency to the Dominican town. For a growing number of Haitians, it is of existential importance to cross over to Dajabón in order to seek income, healthcare and education and this, in spite of latent racism and mistreatments. Founded on a strong sentiment of exploitation, Haitians often criticize the capitalist or even colonialist relationship imposed by their neighbors: not only the fact that the bi-national market takes place in Dajabón, but also that Dominican enterprises develop subsidiaries in Ouanaminthe, taking advantage of cheap labor and the absence of local production. On the contrary, the majority of Dajabón residents interviewed do not need to cross the river for their living. Most of them have never been to Ouanaminthe, but consider it insalubrious, out of control and dangerous. Both towns lack application of regulations in urban planning matters. Thus, spatial growth has entirely been ruled by landowner structure and land occupation practices. Around Dajabón, the adjacent land belongs mainly to two landowners, whose strategy –to enhance soil value through development of equipped middleclass neighborhoods– has restricted the urban sprawl. In Ouanaminthe land belongs to a multitude of small peasants. The selling and illegal occupation of rather small plots leads to sprawling urban growth, guided by rural pathways and leaving entire parts of neighborhoods inaccessible to motor vehicles. Population growth has also been absorbed by high densification of existing neighborhoods. No formal collaborations exist between the two municipalities. Informal ones do, through the implication of the two mayors, but overall, cross-border collaboration is left to NGOs and professional associations who militate for human rights, environmental issues and fair treatment inside the bi-national market. International development agencies present in the borderland initiate projects with bi-national concern, but these are disconnected from the local level and strongly influenced by the fact that these agencies relate directly to the central governments. We also observe a process of internal segregation in both towns, as commercial establishments progressively occupy parts of the town centers and the emergent middle class gathers in specific neighborhoods. Ouanaminthe and Dajabón are functionally interlinked and their transformation is undeniably governed by the progressive permeability of the border. Nevertheless, this border separates two completely different urban landscapes that are deeply marked by the internal characteristics of each town. Furthermore, the unequal and complex relationship of both populations creates the paradox that their spatial proximity accentuates the segregation in both towns, as it allows the citizens of both countries to stay in their environment and to commute –if necessary– even daily. This work shows that the application of the intermediation concept is relevant for the study of complex relationships that govern borderland space. The analysis based on this concept has enabled to study, on a local level, processes that are taking place on a global level. In so doing, it has allowed us to provide some answers to the central question: "How do local populations, national and international firms and governments react when a territorial economy, based on agriculture, is progressively linked to international networks? "
    Résumé
    Peu de frontières séparent deux pays aussi inégaux que celle qui sépare la République Dominicaine et Haïti. Les deux Etats partagent le territoire de l'île Hispaniola, mais un profond processus de différenciation, initié dès le partage colonial de l'île entre la France et l'Espagne puis maintenu par les idéologies des deux nations modernes, a mené à ce que Jean-Marie Théodat (1998, 2003) appelle une " double insularité " – ces pays évoluant comme si chacun était sur une île différente. Pourtant, malgré tous les préjugés et les différences d'ordre ethnique, historique, linguistique, social, religieux et économique, les populations des régions frontalières établissent des relations transfrontalières beaucoup plus suivies et importantes que cela n'est officiellement admis, même si elles sont largement fondées sur des intérêts économiques (De Jesus Cerdano et Dilla, 2005 ; Sillé, Segura et Cabral, 2002). La dynamique locale créée par ces échanges devient palpable si l'on observe le marché binational très actif des villes frontalières de Ouanaminthe (Haïti) et de Dajabón (République Dominicaine). Deux fois par semaine, des gens venus de la partie Nord des deux pays se rendent dans ces villes situées de part et d'autre de la frontière, pour acheter ou vendre des marchandises ou des services sur le marché de Dajabón. Les autres jours, plusieurs tonnes de marchandises transitent par Haïti, de telle sorte que ces petites villes sont devenues un carrefour important du sous-système économique de la plus grande partie du Nord de l'île. En outre, la mise en place, à Ouanaminthe en 2002, d'une zone franche pour la production de textiles destinés au marché états-unien relie les villes frontalières à l'économie internationale. Cette évolution récente prend place dans le contexte général d'une ouverture progressive des frontières (Martinez, 1994). C'est le résultat de politiques internationales décidées dans les capitales nationales sans consultation des régions concernées. A Ouanaminthe comme à Dajabón, les institutions locales sont faibles et reçoivent peu ou aucun soutien financier ou administratif de leur gouvernement central. Ces villes n'ont pas les moyens de faire face à la pression croissante sur le foncier et sur les infrastructures, l'émergence d'opportunités pour développer des moyens légaux et illégaux de subsistance ayant entraîné le triplement de la population en vingt ans (Dajabón a vu sa population passer de 8'500 habitants en 1980 à 16'000 en 2002, et Ouanaminthe de 7'000 en 1981 à 39'000 en 2003). Comment ces transformations économiques, politiques et sociales récentes façonnent-elles l'espace urbain des deux villes ? J'ai posé cette question en analysant les motivations des acteurs impliqués dans le processus de transformation spatiale, et l'impact de leurs actions. Dans mon travail, je fais référence au cadre conceptuel de l'intermédiation urbaine (Bolay et Rabinovitch, 2004), c'est-à-dire aux enjeux spatiaux auxquels chaque ville doit faire face en fonction de ses caractéristiques internes, de ses fonctions dans les réseaux nationaux et internationaux et de ses relations avec l'environnement rural immédiat. Pour appliquer ce cadre de travail à la problématique frontalière, la partie conceptuelle de ce travail se propose de développer le concept d' "intermédiation frontalière". Au concept déjà existant de l'intermédiation urbaine, il rajoute la prise en compte de l'influence des caractéristiques de la frontière (fondée sur des politiques nationales et internationales, les questions économiques, les identités locales, les réseaux sociaux, les questions de défense nationale et d'organisation de l'espace). Cela permet de faire le lien entre le système binational des villes frontalières et le concept d'intermédiation. Les données ont été collectées sur trois ans et demi, durant plusieurs périodes de terrain : observation et représentations de l'occupation et de l'utilisation de l'espace, cartographie, entretiens avec des acteurs locaux et des habitants complétés par d'autres sources primaires et secondaires. Cette étude montre que les évolutions récentes ont accentué le déséquilibre des relations entre les deux villes. La faiblesse politique de la municipalité de Ouanaminthe pour affronter la croissance démographique et contrôler le commerce ou lui imposer des taxes, a accru sa dépendance envers la ville dominicaine. Pour un nombre croissant de Haïtiens, il est vital de traverser la frontière pour trouver revenus, soins et éducation à Dajabón, ceci malgré le racisme latent et les mauvais traitements qu'ils y reçoivent. Se fondant sur un fort sentiment d'exploitation, les Haïtiens sont souvent très critiques envers la relation d'ordre capitaliste et même colonialiste qui leur est imposée par leurs voisins : ce n'est pas seulement que le marché binational a lieu à Dajabón, mais aussi que les entreprises dominicaines installent des filiales à Ouanaminthe, en tirant avantage de la main d'oeuvre bon marché et de l'absence d'industrie locale. A l'inverse, la majorité des habitants interviewés venant de Dajabón n'ont pas besoin de traverser la rivière pour leur survie. La plupart d'entre eux ne sont jamais allé à Ouanaminthe, qu'ils considèrent comme insalubre, non maîtrisée et dangereuse. Dans les deux villes, les règles en matière d'urbanisme ne sont pas appliquées. De ce fait, la croissance urbaine a été entièrement orientée par les structures de propriété de la terre et les pratiques d'occupation du sol. Autour de Dajabón, les terres adjacentes appartiennent presque exclusivement à deux propriétaires, dont la stratégie –accroître la valeur du sol en équipant des quartiers résidentiels de classe moyenne– a eu pour conséquence de limiter l'étalement urbain. Par contre, à Ounaminthe la terre appartient à une multitude de petits paysans. La vente et l'occupation illégale de petits lots de terrains conduit à une extension urbaine, traversée de chemins en terre et laissant de grandes zones entièrement inaccessibles par voie motorisée. La croissance de la population a aussi été absorbée par une densification importante de quartiers préexistants. Aucune collaboration formelle n'existe entre les deux municipalités. Des collaborations informelles sont entretenues grâce à l'implication des deux maires, mais dans l'ensemble, la collaboration transfrontalière est laissée aux ONGs et associations professionnelles qui militent pour les droits de l'homme, les questions environnementales et un traitement équitable à l'intérieur du marché binational. Les agences de développement présentes sur la frontière initient des projets avec des préoccupations binationales concernant les deux côtés, mais ceux-ci sont déconnectés du niveau local et fortement influencés par le fait que ces agences travaillent directement avec les gouvernements centraux. Dans les deux villes, nous observons un processus de ségrégation interne, puisque des établissements commerciaux occupent progressivement des parties des centres-villes et que la classe moyenne émergeante se concentre dans des quartiers spécifiques. Ouanaminthe et Dajabón sont interconnectées fonctionnellement et leur transformation est sans doute gouvernée par la perméabilité progressive de la frontière. Néanmoins, cette frontière sépare deux paysages urbains complètement différents, profondément marqués par les caractéristiques de chaque ville. Aussi, la relation inégale et complexe des deux populations crée le paradoxe que leur proximité spatiale accentue la ségrégation dans les deux villes, car elle permet aux citoyens des deux pays de rester dans leur environnement et de faire la navette –si nécessaire– même chaque jour. Ce travail montre que l'application du concept d'intermédiation est approprié pour étudier les relations complexes qui gouvernent l'espace frontalier. A travers l'analyse basée sur ce concept, nous avons étudié, au niveau local, des processus qui ont lieu au niveau global. Cela nous a permis de formuler quelques réponses à la question centrale: "Comment les populations locales, les compagnies nationales et internationales et les gouvernements réagissent-ils quand une économie territoriale, basée sur l'agriculture, est progressivement reliée aux réseaux internationaux ?"