Faculté de l'environnement naturel, architectural et construit ENAC, Section des sciences et ingénierie de l'environnement, Institut des sciences et technologies de l'environnement ISTE (Laboratoire de gestion des écosystèmes GECOS)

Bases méthodologiques de la participation lors de projets ayant des impacts sur le paysage : cas d'application: la plaine du Rhône valaisanne

Luyet, Vincent ; Schlaepfer, Rodolphe (Dir.)

Thèse sciences Ecole polytechnique fédérale de Lausanne EPFL : 2005 ; no 3342.

Ajouter à la liste personnelle
    Summary
    Recently, participation emerged as an appropriate tool to enhance natural resource management. Despite official recognition, there is no consensus on the practical meaning of participation. In this work, we consider the participation as a process through which stakeholders influence and share control over development initiatives and the decision and resources affecting them. The aim of this research is to answer to the participation's issues : who should participate? when? and how? The main contribution of this reserach work is to propose a methodology that allows to introduce the participation for large projects having impacts on the landscape. The result of this methodology is a system of participation. This system is composed of elements (project, stakeholders, techniques and levels of participation) and processes (identification, characterisation and structuration of the stakeholders, identification of the participation level, choice of the participation techniques, application and evaluation of the participation) in interaction. This system of participation is general and can be used for others projects. Howewer, the chronological order of the processes is iterative and is project specific. For each of the process used in the participation system, techniques were adapted, deveopped and tested. Stakeholders identification followed the adapatation of the Mason and Mitroff technique. Stakeholders structuration was made using cluster analysis. Identification of the level of participation followed the modifications of the Daniels et al and Vroom models. Relevent identification and assessment of participation techniques were made with the help of tables. All these thechniques yield results readily and pratically usable. The way stakeholders perceive the landscape and its dynamics are also studied in this research. This study allows to analyze the type and the effects of the information presented on the participative process and on the stakeholders. Based on our results, we advise to present landscape dynamics in a participative context. We recommand the use of simple landscape metrics such as the area doubled with the spatialization of the transition matrix. The stakeholders landscape preference allows to identify criteria such as the attitude towards the changes that would help in the elaboration of the future project. The originalities of this study can be found at various levels. In a general way, we can list the globality of the proposed methodology, the overlap of the social and technical sciences and the application of the methodology to the third Rhone correction project. In a more specific way, we can mention technical developments such as the application of original experiments concerning the identification of stakeholders landscape preferences. The system of participation proposed provides a conceptual framework that can be applied to others participative projects such as agenda 21 or the development of any projects having impacts on the landscape.
    Résumé
    Actuellement, un intérêt croissant se développe pour la participation. Elle est de plus en plus utilisée, notamment dans le cadre de la gestion du paysage. La participation est une notion large pouvant être perçue, interprétée et appliquée de plusieurs manières dans différents contextes. Dans ce travail de recherche, elle a été définie comme un processus à travers lequel les acteurs influencent et partagent le contrôle sur le développement des initiatives, des décisions et des ressources qui les affectent. L'objectif principal de cette recherche était de répondre aux questions que pose l'application de la participation : qui doit participer ? quand ? comment ? Ainsi, l'apport essentiel de cette recherche est de proposer une méthodologie permettant d'introduire la participation lors de grands projets ayant des impacts sur le paysage. Le résultat de cette méthodologie est un système de participation. Ce système se compose d'éléments (les acteurs, le projet, les techniques et les niveaux de participation) et de processus (identification, caractérisation et structuration des acteurs, identification des niveaux de participation, choix des techniques de participation, application et évaluation de la participation) interagissant entre eux. La force de ce système de participation est d'être générale, souple et applicable à d'autres projets. Cependant, l'agencement de ces éléments est iteratif et va dépendre du projet. Pour chacun des processus du système de participation, des techniques directement utilisables ont été adaptées, développées et testées. Il s'agit de l'adaptation de la technique de Mason et Mitroff pour l'identification des acteurs, de la mise en place de la technique statistique du clustering pour la structuration des acteurs, de l'application à un nouveau contexte des modèles normatifs de Daniels et al et de Vroom pour l'identification des niveaux de participation, d'un tableau aidant le choix des techniques de participation et d'une proposition d'une grille standardisée pour l'évaluation de la participation. Ces techniques représentent une aide précieuse dans la pratique en fournissant des résultats rapides et concrets. Cette recherche s'est également focalisée sur la manière qu'ont les acteurs de percevoir le paysage et sa dynamique. Au niveau de la dynamique du paysage, le type, la forme et l'effet de l'information présentée à la fois sur les acteurs et sur la participation ont été étudiés. Sur la base de nos résultats, nous conseillons d'utiliser pour communiquer la dynamique du paysage aux participants du processus participatif, des métriques simples comme l'aire des classes d'utilisation du sol couplée à la spatialisation de la matrice de transition. L'identification des préférences paysagères des acteurs a permis notamment d'identifier des critères susceptibles de faciliter l'élaboration des futures variantes comme par exemple l'attitude envers le changement. Les originalités de ce travail de recherche se situent à différents niveaux. De manière générale nous pouvons citer la généralité et la globalité de la méthodologie, son application au projet de troisième correction du Rhône et le mélange des approches entre les sciences sociales et les sciences techniques. De manière plus particulière, nous pouvons énumérer certains développements techniques comme notamment la mise en place d'expériences originales concernant l'identification des représentations paysagères des acteurs. Le système de participation proposé fournit un cadre de réflexion pouvant être appliqué à d'autres projets. Nous pensons notamment à la mise en place de démarches participatives comme les agendas 21 ou l'élaboration de tout projet ayant des impacts sur le paysage.