Physiothérapie - Physiotherapie

Est-ce que le Deep-Water Running adapté à une réadaptation cardiaque stationnaire stade II améliore davantage les paramètres du "6-MWT" à court terme?

Gyger, Aline ; Crettaz, Francine ; Pasche, Geneviève (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute Ecole de Santé Valais, 2006.

En Suisse, les maladies cardiovasculaires constituent la principale cause de consultations médicales et d’hospitalisations. Afin d’apporter notre contribution à la diminution des coûts économiques et sociaux, nous proposons l’introduction du “Deep-Water Running” (DWR), également nommé “Aquajogging” ou “course en eau profonde”, dans la réadaptation cardiaque. Une... More

Add to personal list
    Résumé
    En Suisse, les maladies cardiovasculaires constituent la principale cause de consultations médicales et d’hospitalisations. Afin d’apporter notre contribution à la diminution des coûts économiques et sociaux, nous proposons l’introduction du “Deep-Water Running” (DWR), également nommé “Aquajogging” ou “course en eau profonde”, dans la réadaptation cardiaque. Une intervention dans une clinique spécialisée en phase II permet de vérifier l’hypothèse suivante : L’intégration du concept du DWR est tolérée par les patients en réadaptation cardiaque stationnaire en phase II. Durant une réadaptation cardiaque stationnaire en phase II, les paramètres mesurés au “Test de 6 Minutes” sont à court terme encore améliorés lorsque le concept du DWR est inclus dans la réadaptation par rapport à une réadaptation cardiaque standard.