Physiothérapie - Physiotherapie

Effets préventifs de l'instruction théorique et pratique d'un programme d'entraînement sensori-moteur au niveau des blessures musculo-tendineuses et ligamentaires à l'armée : une étude prospective contrôlée parmi des soldats durant leur école de recrues

Theler, Samuel ; Meichtry, André (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute Ecole de Santé Valais, 2006.

Injuries are the main problem in the army bringing about social and economical consequences. Among them the most frequent injuries are ankle sprains. Sport and physical training are responsible for a great number of musculotendinous and ligamentous damages. Hypothesis: A ten minutes sensory-motor training before each sport lesson limits the risk and frequency of musculotendinous and ligamentous... More

Add to personal list

Other files

    Résumé
    Les blessures constituent le problème majeur à l’armée, entraînant des retombées sociales et économiques. Parmi elles, ce sont les entorses de cheville qui sont les plus fréquentes. L’instruction sportive et l’entraînement physique sont en effet vecteurs d’un grand nombre d’accidents musculaires et ligamentaires. Hypothèse : Un entraînement sensori-moteur de dix minutes avant chaque leçon de sport limite le risque et réduit la fréquence de blessures musculo-tendineuses et ligamentaires des recrues à l’armée. Méthodes : Population totale de 163 participants (groupe de contrôle n= 101, 62% ; groupe d’intervention n=62, 38%) d’un âge moyen de 20.23 + 1.13 années. Le groupe d’intervention suit un programme d’entraînement sensori-moteur. Les deux groupes sont comparés en fonction du risque relatif et de la fréquence des blessures. Résultats : L’entraînement sensori-moteur diminue le risque de se blesser de 7.2%. Pour la cheville, l’on remarque une réduction du risque de 61.1%. Concernant sa fréquence, on observe un effet positif de 0.86, avec une différence de moyenne de 0.46. Pour le genou, l’augmentation du risque est de 110%. L’effet est péjoratif (-0.71), avec une différence de -0.39. Ces données ne sont cependant pas significatives. Conclusion : L’entraînement sensori-moteur ne semble pas réduire le risque et la fréquence des atteintes musculo-tendineuses et ligamentaires de toutes localisations. Par contre, il apparaît qu’il limite le risque de se blesser à la cheville et qu’il réduit la fréquence d’entorses. En revanche, l’influence semble être négative pour le genou.
    Summary
    Injuries are the main problem in the army bringing about social and economical consequences. Among them the most frequent injuries are ankle sprains. Sport and physical training are responsible for a great number of musculotendinous and ligamentous damages. Hypothesis: A ten minutes sensory-motor training before each sport lesson limits the risk and frequency of musculotendinous and ligamentous injuries. Methods: The total population counts 163 participants (control group n=101, 62%; intervention group n=62, 38%) of an average age of 20.23 + 1.13. The intervention group follows a programme of sensory-motor training. Both groups are compared on the subject of the relative risk and frequency of injuries. Results: The programme reduces the risk of injury of 7.2%. The different of frequency (0.08%) is minim. For the ankle, there is a risk reduction of 61.1%. There is a positive effect of 0.86 on the frequency with a difference of average of 0.46. As far as the knee is concerned, there is a risk increasing of 110%. Therefore there is a negative effect (-0.71) with a difference of frequency of -0.39. However, the results are not significant. Conclusion: The sensory-motor training does not seem to have a positive influence on the risk and frequency of musculotendinous and ligamentous injuries of any localisation. However, it seems that it limits the risk of ankle injuries and reduces the frequency of ankle sprains. On the other side, the influence on the knee seems to be negative.