Travail social

Représentations liées au travail des jeunes en quête d'une voie de formation professionnelle : évaluation de l'influence du semestre de motivation de Monthey

Meier, Stéphane ; Rey, Jean-Charles (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute Ecole de Travail Social, 2006.

Ma pratique professionnelle au Semestre de Motivation (SeMo) de Monthey m’amène à m’intéresser aux représentations du travail qu’entretiennent les jeunes au sortir de l’école obligatoire et à la veille d’entrer dans le monde professionnel. Comment appréhendent-ils le travail ? Que connaissent-ils des normes et des exigences professionnelles ? comment perçoivent-ils la... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ma pratique professionnelle au Semestre de Motivation (SeMo) de Monthey m’amène à m’intéresser aux représentations du travail qu’entretiennent les jeunes au sortir de l’école obligatoire et à la veille d’entrer dans le monde professionnel. Comment appréhendent-ils le travail ? Que connaissent-ils des normes et des exigences professionnelles ? comment perçoivent-ils la hiérarchie ? Que perçoivent-ils d’eux- mêmes dans ce contexte, quels sont leurs ressentis ? Se projettent-ils facilement dans ce futur inévitable ? Ce travail de recherche consiste donc en une investigation auprès d’un certain nombre de jeunes rencontrés dans le cadre du SeMo et dans le but de mieux comprendre les types de représentations qu’ils nourrissent. Les informations recueillies à l’aide d’entretiens semi directifs m’ont éclairé sur leurs représentations autour des différentes dimensions du travail : notion du travail, exigences, rapport à la hiérarchie et perception de soi dans le travail. Cherchant également à mesurer l’effet du SeMo sur les représentations du travail qu’entretiennent les jeunes, l’enquête s’est portée sur deux groupes cibles : un premier groupe composé de sept jeunes en début de mesure et un deuxième groupe composé de sept jeunes en fin de mesure. Les résultats sont parlants. Les jeunes en début de mesure ont des connaissances lacunaires et biaisées sur le monde du travail et ses usages. Avec une représentation négative du travail et de son fonctionnement hiérarchisé, ces jeunes ne se réjouissent pas de l’avenir inéluctable qui les attend. Peu en confiance, ils craignent de ne pouvoir assumer ces nouvelles règles sur la longueur. Le SeMo amène une meilleure information sur le monde du travail et procure, autant par la mise en situation concrète que par un suivi éducatif, une « culture du travail » plus étoffée. Familiarisés avec les normes et les exigences requises, les jeunes en fin de mesure découvrent qu’ils peuvent satisfaire et tirer un certain bénéfice personnel de cette réalité professionnelle. Ces jeunes entretiennent dès lors une représentation positive du travail et de la hiérarchie. Coachés et remis en confiance, ils ont, pour la plupart, construit un projet réfléchi et réaliste qu’ils se sont appropriés et qui les satisfait. Au sortir de la mesure, ces adolescents se projettent plus facilement dans la future situation de travail. Cette enquête tend à montrer que cette différence entre jeunes en début de mesure et jeunes en fin de mesure est d’autant plus marquée que le niveau scolaire est bas. L’entrée dans le monde du travail constitue un changement important. les jeunes, souvent, ne connaissent presque rien des règles, des normes, des valeurs de ce monde d’adultes. Ils ne peuvent donc que se le « représenter ». Cette production d’un imaginaire plus ou moins fondé sur quelques expériences ou observations détermine leurs attitudes, leurs ressentis, leurs comportements. Mieux cerner les représentations dominantes des jeunes aujourd’hui permet de mieux les comprendre et d’agir de manière plus adéquate dans le cadre d’un accompagnement vers une insertion professionnelle.