Faculté des sciences

Eco-éthologie de l'hermine (Mustela erminea, L. 1758) : utilisation des structures paysagères dans une mosaïque composée de zones forestières, agricoles, urbanisées et revitalisées

Vogel, Carine ; Mermod, Claude (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2006 ; 1907.

Une étude portant sur cinquante-sept captures et treize individus suivis par télémétrie a permis de faire un bilan de la population actuelle des hermines (Mustela erminea, L. 1758) dans le Val-de-Ruz (Suisse). Des comparaisons avec des études menées dans la même région entre les années 1970 et 1980 sont entreprises et complétées par une revue de la littérature scientifique... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Une étude portant sur cinquante-sept captures et treize individus suivis par télémétrie a permis de faire un bilan de la population actuelle des hermines (Mustela erminea, L. 1758) dans le Val-de-Ruz (Suisse). Des comparaisons avec des études menées dans la même région entre les années 1970 et 1980 sont entreprises et complétées par une revue de la littérature scientifique internationale. Dans cette recherche, les thèmes suivants sont abordés : rythme d’activité, sex-ratio, classes d’âge, morphométrie, ectoparasites, régime alimentaire, domaines vitaux, distances parcourues, évaluation des espèces proies et des compétiteurs présents dans la zone d’étude. Un accent particulier est mis sur l’utilisation de l’habitat par l’hermine. L’étude de la qualité paysagère des lieux de capture montre que l’environnement global d’une région est bien plus important que la végétation environnant directe¬ment les pièges. Les structures paysagères les mieux utilisées par les hermines du Val-de-Ruz pour leurs déplacements, leur repos et l’élevage des jeunes sont les haies et les grands murgiers (tas de cailloux provenant de l’épierrement des champs). Cependant, les cours d’eau et les forêts ne sont pas à négliger vu leur attractivité sur les hermines. Globalement, il ressort de cette étude que les hermines du Val-de-Ruz vivent dans un milieu peu favorable et subissent des perturbations croissantes liées à l’augmen¬ta¬tion de la fréquentation des nombreuses voies de communication présentes dans le terrain d’étude. Des zones favorables pour ces petits carnivores sont mises en évidence et des corridors spécifiques à la petite faune sont proposés puisque les couloirs prévus pour et par la grande faune ne semblent pas appropriés aux espèces de petite taille.
    Summary
    A study based on fifty-seven captures and thirteen radiotracked individuals permitted the evaluation of the present population of the stoat (Mustela erminea, L. 1758) in the Val-de-Ruz (Switzerland). Comparisons are made with studies done in the same region during 1970s and 1980s and are completed by a review of scientific literature. In the present research, the following topics are developed : rythme of activity, sex-ratio, age classes, morphometry, ectoparasites, food, home ranges, distances covered, evaluation of species of prey and competitors present in the field. The use of habitat is particularly developed. The study of the quality of the landscape in which the traps were placed shows that global environment is far more important than the vegetation around the traps. The landscape structures for moving, about resting and breeding that are preferred by stoats of the Val-de-Ruz are hedges and heaps of stones. However streams, rivers and forests are not to be neglected because they also are attractive to stoats. Globally, this study shows that stoats of the Val-de-Ruz are living in a no too favourable environment and are under stress because of the increasing use of the numerous roads present in the study area. The zones that are favourable for these small carnivores are shown and specific corridors for small fauna are proposed as the actual corridors designated for and by the large fauna do not suit small sized animals.