Faculté des géosciences et de l'environnement

Les implications du processus de libéralisation des transports publics urbains à l’exemple de Bienne : L’analyse du processus de libéralisation dans le domaine du transport public urbain suisse à l’aide du modèle des régimes institutionnels des ressources infrastructurelles

Beglinger, Caroline ; Narath, Stéphane (Dir.)

Certificat de formation continue universitaire : Université de Lausanne, 2006.

Pour le développement urbain durable, la gestion des grands réseaux urbains constitue un défi majeur. L’adéquation entre recettes fiscales et maintient du service public semble de plus en plus difficile à trouver. La libéralisation amorcée du transport public urbain en Suisse (et en Eu-rope) affecte profondément l'organisation, les responsabilités et les enjeux de tout le système du... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Pour le développement urbain durable, la gestion des grands réseaux urbains constitue un défi majeur. L’adéquation entre recettes fiscales et maintient du service public semble de plus en plus difficile à trouver. La libéralisation amorcée du transport public urbain en Suisse (et en Eu-rope) affecte profondément l'organisation, les responsabilités et les enjeux de tout le système du transport public pour une agglomération. La transformation de la régulation socio-politique pour assouplir, voire abolir les restrictions de mise sur le marché force les différents acteurs à se repositionner. Le modèle des régimes institutionnels des ressources se prête pour analyser le domaine du transport public. Il met en exergue les incohérences entre les politiques publi-ques pour régler le secteur et les droits de propriétés qui régissent la branche. L’analyse empi-rique de la transformation du transport public dans l’agglomération biennoise montre que le nouveau régime, mis en place depuis 1996, ne correspond pas à l’idéal type d’un régime libéra-lisé. Je parle de régime hybride. Il a permis d’accroître l’efficience du secteur des transports pu-blics et répond également mieux aux besoins de l’usager et aux exigences de la durabilité. S’agit-il d’effets sur le long terme, provoqué par la transformation du régime, ou sommes-nous en face d’un engagement spéculatif des acteurs en vue d’une future rente de situation ?