Faculté des lettres et sciences humaines

"A vida maluca" : ("la vie folle") : ethnographie du quotidien et des stratégies de travail d'une travesti brésilienne clandestine travaillant dans les salons de massage en Suisse

Haenni, Loïse ; Hertz, Ellen (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2006.

Le quotidien des prostituées demeure une réalité sociale largement méconnue. Le fait de « vendre son corps » génère souvent toute une série de représentations sur le sexe, et sur la manière dont la sexualité devrait être vécue pour être « normale » ou du moins « socialement acceptable ». L’activité lucrative qu’est la prostitution provoque des prises de positions... More

Add to personal list
    Résumé
    Le quotidien des prostituées demeure une réalité sociale largement méconnue. Le fait de « vendre son corps » génère souvent toute une série de représentations sur le sexe, et sur la manière dont la sexualité devrait être vécue pour être « normale » ou du moins « socialement acceptable ». L’activité lucrative qu’est la prostitution provoque des prises de positions politiques et/ou morales non seulement du côté des auteurs qui en parlent, mais aussi des assistants sociaux, des médias et de la population dans son ensemble. De plus, l’attention est souvent centrée sur le trafic d’êtres humains sans considération pour les autres cas de prostitution. Ainsi, les prostituées qui migrent de leur propre chef restent peu considérées dans les études migratoires. Les descriptions et analyses présentes dans ce travail sont le fruit d’un terrain d’une année, mené principalement avec Cynthia, mon informatrice principale. Cynthia est une travesti brésilienne (bicha en portugais du Brésil) qui, comme de nombreuses autres prostituées étrangères, est venue en Suisse dans l’optique de gagner plus d’argent qu’elle ne le pourrait dans son pays. Le but de ce travail de mémoire est de s’intéresser à la vie quotidienne des prostituées clandestines qui travaillent dans les salons de massage au travers d’une perspective emic. L’objectif est de donner un éclairage sur les stratégies de travail qu’elles développent, principalement face aux contrôles de police et aux clients.L’approche phénoménologique adoptée au cours de cette recherche a permis de révéler la manière dont elles organisent leur quotidien et donnent un sens à leur vie. Au-delà de ce que le paramètre de la clandestinité nous apprend sur la vie des prostituées, il nous livre des pistes de réflexion intéressantes sur la manière dont de telles « problématiques sociales » sont appréhendées par les gouvernements et par la société de manière globale. Nous aborderons ainsi également les lois suisses sur la prostitution et sur les salons de massage en particulier. Un entretien avec le chef adjoint de la police de sûreté à Neuchâtel nous livrera non seulement une ouverture sur les stratégies policières pour lutter contre le travail au noir des prostituées clandestines, mais nous éclairera également sur la raison pour laquelle de telles réalités sont perçues comme des problématiques sociales. La question des bichas nous permettra enfin d’inclure aux problématiques de la migration et de la clandestinité, celle du genre. Dans le cadre de leur travail dans la prostitution, les bichas sont amenées à redéfinir leur identité sexuelle. Nous aborderons les différentes stratégies déployées face aux clients et verrons quelles sont les techniques utilisées pour correspondre aux représentations que se font les clients des travestis.