Faculté des lettres et sciences humaines

Processus de réhabilitation des friches industrielles : cinq cas de friche industrielle en ville de Delémont

Macquat, Arnaud ; Crevoisier, Olivier (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2006.

L’urbanisation privilégiant la construction en zone verte, caractéristique de notre époque, a entraîné la naissance de nombreuses friches urbaines. Avec l’émergence du développement durable, la gestion du territoire est apparue fondamentale. Etant une ressource non renouvelable, il convient d’économiser le sol. Dans cette perspective, le recyclage des friches urbaines se révèle... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    L’urbanisation privilégiant la construction en zone verte, caractéristique de notre époque, a entraîné la naissance de nombreuses friches urbaines. Avec l’émergence du développement durable, la gestion du territoire est apparue fondamentale. Etant une ressource non renouvelable, il convient d’économiser le sol. Dans cette perspective, le recyclage des friches urbaines se révèle être une stratégie très opportune. Ce travail de mémoire s’oriente sur un type particulier de friches urbaines : les friches industrielles. Ces surfaces, anciennement occupées par l’activité industrielle, ont augmenté énormément ces dernières décennies. Ainsi, chaque région urbanisée se trouve en face d’un problème récurrent qui est celui de la réhabilitation de ces sites. Cette problématique s’est concentrée sur la ville de Delémont et plus particulièrement cinq friches industrielles. L’objectif de la recherche a visé la compréhension du processus de réhabilitation au travers de l’analyse des facteurs favorisant ou faisant obstacle à ce processus. Trois champs de recherche ont ainsi été identifiés comme primordiaux dans le développement de la réhabilitation d’une friche industrielle. Les deux premiers s’intéressent à l’influence que peut amener les autorités publiques ainsi qu’aux avantages induits par certaines modalités de conduite de projet. Quant au troisième, il s’interroge sur les facteurs paralysant le processus de réhabilitation et propose des alternatives à ces obstacles.