Travail social

Recherche exploratoire: de l'identité de l'éducateur

Guy, Sandrine

Mémoire de diplôme HES : Haute Ecole de Travail Social, 2006.

En quoi l’identité professionnelle de l’éducateur est-elle spécifique ? Est-il un spécialiste, au même titre que d’autres intervenants de l’équipe pluridisciplinaire, ou alors peut-il être considéré comme un généraliste ? Cette recherche se veut exploration de ces questions et en aucun cas affirmation. Les caractéristiques constituant une identité sont multiples, mouvantes,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En quoi l’identité professionnelle de l’éducateur est-elle spécifique ? Est-il un spécialiste, au même titre que d’autres intervenants de l’équipe pluridisciplinaire, ou alors peut-il être considéré comme un généraliste ? Cette recherche se veut exploration de ces questions et en aucun cas affirmation. Les caractéristiques constituant une identité sont multiples, mouvantes, et il est bien difficile de n’en retenir qu’une partie qui la définirait dans son ensemble. En abordant les concepts de la recherche lors de la première partie de ce travail, j’espère rendre compte de cette difficulté. Je suis finalement partie du postulat que l’éducateur détenait un savoir particulier portant sur un objet spécifique : la relation professionnelle. C’est dans cette dernière qu’il va mettre en œuvre tout son savoir-être, son savoir-faire. Les résultats tendent à démontrer que l’éducateur peut tout à la fois être perçu comme un généraliste, offrant au bénéficiaire un accompagnement dans une perspective de globalité et intervenant à tout moment, mais également comme un spécialiste puisqu’il est le seul à intervenir dans un but si général. Son mode d’être en relation dans le quotidien, le soutien apporté dans le réel, son savoir essentiellement relationnel et affectif représentent autant de caractéristiques d’un spécialiste. Ce sont ces aspects tout à fait paradoxaux que je me suis attachée à approfondir dans la seconde partie de cette recherche. Je souhaite ainsi apporter un nouvel éclairage sur ce qui fait de l’éducation spécialisée un métier à part entière. Je reste bien entendu consciente de ma part de subjectivité et ne prétends pas décrire dans ces lignes la réalité mais, plus modestement, rendre compte de l’observation et de l’analyse que j’en fais, avec les moyens que j’ai. Je constate qu’en définitive, pour ce qui concerne mon travail, il vaut mieux savoir élaborer des hypothèses plutôt que de croire en des certitudes.