Faculté des géosciences et de l'environnement

Distribution et caractéristiques du pergélisol dans les éboulis calcaires de haute altitude : Région du Grand Chavalard, Valais, Suisse

Pieracci, Kim ; Reynard, Emmanuel (Dir.)

Mémoire de master : Université de Lausanne, 2006.

Cette étude s’insère dans le contexte du réchauffement climatique global, domaine dans lequel la modélisation de la distribution du pergélisol acquiert de plus en plus d’importance en raison des risques liés à l’instabilité potentielle des pentes soumises aux conditions de gel permanent. La distribution du pergélisol a souvent été modélisée de manière assez grossière par... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Cette étude s’insère dans le contexte du réchauffement climatique global, domaine dans lequel la modélisation de la distribution du pergélisol acquiert de plus en plus d’importance en raison des risques liés à l’instabilité potentielle des pentes soumises aux conditions de gel permanent. La distribution du pergélisol a souvent été modélisée de manière assez grossière par rapport à la réalité rencontrée lors de la prospection de terrain. Les raisons d’un tel écart naissent de la difficulté d’intégrer dans la modélisation les processus complexes agissant dans les milieux naturels. Ce mémoire propose donc une étude de la distribution et des caractéristiques du pergélisol ainsi que des processus agissant au sein des éboulis calcaires de haute altitude (> 2000 m). Les éboulis constituent en effet une surface très importante du relief alpin et ont été jusqu’à ce jour encore peu étudiés. Huit éboulis de la région du Grand Chavalard (Valais, Suisse) ont été abordés, pendant deux étés et deux hivers, par différentes méthodes, à savoir la géoélectrique, les mesures de la température de la surface du sol, la sismique-réfraction et la granulométrie. Le réseau de mesures mis en place a permis de mettre en évidence la complexité de la distribution du pergélisol. Dans la plupart des cas, un pergélisol semble occuper uniquement la partie inférieure des éboulis, alors qu’il est présent dans le sous-sol sur la totalité de la pente de deux éboulis seulement. Parfois, aucune trace évidente de pergélisol n’est mise en évidence, même à des altitudes qui lui sont favorables. D’après la géoélectrique et les températures de la surface du sol, les pergélisols détectés semblent souvent avoir des origines et des caractéristiques différentes. Ainsi, ressortent de cette étude trois processus dominants, responsables de la répartition du pergélisol dans les éboulis de haute altitude : l’existence d’une ventilation ascendante hivernale à l’intérieur des éboulis poreux, la redistribution de la neige par les avalanches et le vent et les échanges thermiques entre le sous-sol et l’atmosphère dictés par la granulométrie du dépôt. Globalement, ces trois processus sont interdépendants et contribuent ou co-contribuent à la répartition du pergélisol en pied de pente. Hormis quelques cas particuliers où interviennent d’autres processus, un modèle de répartition du pergélisol construit sur la notion d’inversion (pergélisol présent en pied de pente et absent dans le haut des versants) semble se dessiner. Bien que la recherche dans ce domaine doive encore se perfectionner, il semble nécessaire d’intégrer cette notion dans les futurs modèles de répartition du pergélisol de montagne.