Faculté des lettres et sciences humaines

Charlatans, intermédiaires de Dieu, confidents ou attraction touristique : ethnographie des pratiques d'herboristerie à Marrakech

Matter, Yvan ; Wendling, Thierry (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2005.

Ce travail, effectué dans le cadre d’un inventaire sur les plantes et animaux commercialisés dans les souks de Marrakech, dresse un constat sur la médecine populaire au Maroc, laquelle est cernée dans son actualité au travers de l’exemple des herboristes. Après avoir décrit le contexte de l’étude et ses aspects méthodologiques, cette recherche tentera de dresser un tableau... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail, effectué dans le cadre d’un inventaire sur les plantes et animaux commercialisés dans les souks de Marrakech, dresse un constat sur la médecine populaire au Maroc, laquelle est cernée dans son actualité au travers de l’exemple des herboristes. Après avoir décrit le contexte de l’étude et ses aspects méthodologiques, cette recherche tentera de dresser un tableau général de l’intrigue dans laquelle se trouvent projetés les divers acteurs du système de santé "traditionnel", et cela notamment à travers les enjeux liés à l’herboristerie. La description des lieux, des divers herboristes et de leurs produits permettra d’appréhender le fonctionnement et la dynamique propre à ce métier. Nous verrons que les herboristes, qui peuvent paraître fortement folklorisés, témoignent paradoxalement de la vivacité et de l’actualité de la médecine populaire. Par ailleurs, l’univers thérapeutique marocain, ainsi que certaines règles en action lors d’une visite chez l’herboriste, seront abordés par l'étude des interactions qui se déroulent dans les herboristeries. Au travers des pratiques herboristiques est également amorcé un discours sur les genres. Les produits de l’herboristerie constituent un support de discussion et permettent une réflexion sur les relations de genres dans une actualité où certaines valeurs sont bousculées. Dans ce contexte, l’herboriste occupe une place toute particulière, à la fois renforçant la vision androcentrique, mais également dénonçant la domination masculine.