Faculté des géosciences et de l'environnement

Les sentiers didactiques : Analyse de la perception du public face à quatre réalisations géodidactiques

Berrebi, Yaëlle ; Reynard, Emmanuel (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Lausanne, 2006.

Les sentiers géodidactiques, itinéraires accompagnés d’informations scientifiques sur la géologie, la géomorphologie ou la géographie et se parcourant grâce à des moyens de locomotion doux, se concrétisent souvent sous forme de livret-guide et/ou de panneaux. Ils sont le reflet d’une attente du public qui désire allier loisir et découverte en s’informant de plus en plus sur les... More

Add to personal list
    Résumé
    Les sentiers géodidactiques, itinéraires accompagnés d’informations scientifiques sur la géologie, la géomorphologie ou la géographie et se parcourant grâce à des moyens de locomotion doux, se concrétisent souvent sous forme de livret-guide et/ou de panneaux. Ils sont le reflet d’une attente du public qui désire allier loisir et découverte en s’informant de plus en plus sur les chemins parcourus, leur contenu, leur passé, leur état actuel et leur devenir. Ces réalisations permettent de valoriser une région, de promouvoir les géosciences et de sensibiliser le public à la préservation du site en question. S’inscrivant dans le cadre du géotourisme, les sentiers géodidactiques sont de plus en plus nombreux. Cependant, la question qui reste en suspens est celle du feed-back. Les réalisateurs, qui sont souvent des géoscientifiques, concrétisent une offre sans savoir par la suite si elle a plu au public. L’analyse qualitative de l’appréciation du public par rapport à quatre réalisations situées en Valais (Salanfe, les gorges du Trient, la Combe de l’A, Tsanfleuron) permet aux différents réalisateurs de savoir si leur produit correspond à la demande du public. Nous pouvons ainsi avoir un aperçu minimal des effets positifs et négatifs de ce genre d’offres. Il est intéressant de découvrir que certains sentiers géodidactiques marquent plus les randonneurs et ont de ce fait un impact plus important. Le procédé top-down est ici plus performant, car une offre entièrement dirigée par le géoscientifique permet, selon cette étude, de faire passer un message soit sur les géosciences, soit sur la préservation du paysage minéral. Le public est alors plus réceptif et devient plus sensible à ces thématiques. Il est positif de constater que globalement les sentiers géodidactiques analysés correspondent en grande partie aux attentes du public et lui plaisent. Les différences selon les sentiers sont alors intéressantes à relever