Faculté des lettres et sciences humaines

Expérience de peuplement et stratégies de développement dans la vallée du Nakambé, Burkina Faso

Nebie, Ousmane ; Chiffelle, Frédéric (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2005 ; 1857.

Désenclaver les zones libérées de l'onchocercose, les peupler par un transfert des populations des zones à forte concentration humaine du plateau central, initier les paysans aux méthodes agricoles améliorées pour que la pression démographique des zones surpeuplées diminue, que la productibilité des terres s'accroisse, et contribuer ainsi à résoudre les problèmes économiques et à... More

Add to personal list
    Résumé
    Désenclaver les zones libérées de l'onchocercose, les peupler par un transfert des populations des zones à forte concentration humaine du plateau central, initier les paysans aux méthodes agricoles améliorées pour que la pression démographique des zones surpeuplées diminue, que la productibilité des terres s'accroisse, et contribuer ainsi à résoudre les problèmes économiques et à modifier les conditions sociales, étaient le leitmotiv des décideurs, quand furent lancés les programmes d'aménagement des vallées des Volta. Par rapport aux intentions qui ont présidé à leur conception, ces projets ont-ils ou non réussi et dans quelle mesure ?Sur le plan démographique, le nombre de paysans installés est bien inférieur aux prévisions : 8 149 familles entre 1973 et 1990, alors que le plan initial en prévoyait 65 000 en 15 ans. Le transfert technologique apparaît vraisemblablement la réussite la plus manifeste. Dans un délai raisonnable, en général, dès la seconde ou la troisième campagne agricole, les paysans ont été en mesure de maîtriser des techniques et des processus qui étaient tout à fait nouveau pour eux . Sur le plan économique, les réussites sont inégales. À Bagré, grâce à l'irrigation, au moins une partie de la production échappe aux aléas climatiques, et c'est là un résultat probant, au regard des récoltes de riz obtenues depuis 15 ans (3,97 t/ha) par des paysans autosuffisants sur le plan alimentaire. Il en va de même à Sondré-Est où, par suite des améliorations introduites dans le système d'élevage, les recettes tirées de l'exploitation du bétail permettent de subvenir aux besoins de subsistance et d'améliorer les conditions d'existence par l'acquisition de biens de consommation et d'équipement. En revanche, les programmes agricoles du Ganzourgou ont été moins satisfaisans, en raison des déficits céréaliers croissants et de la baisse des revenus cotonniers. Le dernier aspect concerne l'effet induit que les projets ont sur l'innovation et l'initiative privée que l'on retrouve sous différentes formes : élevage, maraîchage, activité de service, petit commerce. Ainsi, l'initiative privée relaie ici les projets, donnant la preuve que les actions entreprises répondaient plus ou moins aux attentes, et témoignant d'une attitude nouvelle dont il faut probablement tenir compte : l'évolution des mentalités à laquelle ont très certainement contribué les transferts technologiques.