Faculté des sciences

Archaeometrical study (petrography, mineralogy and chemistry) of Neolithic ceramics from Arbon Bleiche 3 (Canton of Thurgau, Switzerland)

Freudiger-Bonzon, Jeanne ; Maggetti, Marino (Dir.) ; Heimann, Robert (Codir.) ; Serneels, Vincent (Codir.)

Thèse de doctorat : Université de Fribourg, 2005 ; no 1471.

Le but de ce travail de doctorat a été d’étudier en détail les objets archéologiques mis à jour sur le site lacustre de Arbon Bleiche 3, village néolithique situé sur la rive Sud du lac de Constance (Suisse). Entre 1993 et 1995, le service archéologique du canton de Thurgovie a fouillé un périmètre de 1100 m2 (Leuzinger, 2000). La particularité de ce village est d’avoir été... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le but de ce travail de doctorat a été d’étudier en détail les objets archéologiques mis à jour sur le site lacustre de Arbon Bleiche 3, village néolithique situé sur la rive Sud du lac de Constance (Suisse). Entre 1993 et 1995, le service archéologique du canton de Thurgovie a fouillé un périmètre de 1100 m2 (Leuzinger, 2000). La particularité de ce village est d’avoir été occupé pendant une très courte période (15 ans, entre 3384 et 3370 av. J.-C.), durant la période chronologique qui sépare la culture de Pfyn (3900- 3600 av. J.-C.) de celle de Horgen (3200-2800 av. J.- C.), période assez mal documentée en Suisse. La Dr. A. De Capitani a étudié le matériel céramique du site. Elle y observe des caractères des traditions Pfyn et Horgen. Les céramiques sont classées d’après leur affinités typologiques: les pots à caractéristiques Pfyn / Horgen sont séparés des formes spéciales, divisées en quatre sous-groupes: formes spéciales Pfyn (caractéristiques de la culture de Pfyn), formes spéciales Bayern (en relation avec les cultures de Altheim et Cham de Bavière), formes spéciales Boleráz (liées à l’étage Boleráz de la culture de Baden dans la partie ouest du Bassin des Carpates) et les formes spéciales indéterminées. De Capitani (2002) propose une origine locale pour les pots Pfyn / Horgen et pour les formes spéciales Pfyn. Un import de céramiques depuis l’Allemagne ou le Bassin des Carpates étant probable, le but de ce doctorat est d’affirmer ou d’infirmer cette hypothèse. Les analyses pétrographiques ont tout d’abord permis de séparer le matériel non céramique (torchis et poids de tisserand) des céramiques et des fusaïoles. Le premier groupe est fait d’une argile riche en inclusions et carbonatée ; le torchis n’étant pas dégraissé, contrairement au poids de tisserand (dégraissé par de la matière organique). Les céramiques, en revanche, sont formées d’une argile siliceuse contenant peu d’inclusions et sont dégraissées. Les céramiques ont ensuite été séparées en 10 groupes pétrographiques différents, en fonction de leur argile et de leur plus important dégraissant (granite, gabbro, rhyolite, chert, chamotte ou os). Ces groupes n’ont pas de relation directe avec les groupes typologiques. Les analyses chimiques, quant à elles, ont permis de séparer trois groupes principaux : le matériel non céramique (riche en CaO), les céramiques dégraissées à l’os (riches en P2O5) de la grande majorité des céramiques d’Arbon Bleiche 3. Du point de vue archéologique, les pots Pfyn / Horgen sont locaux. La majorité des céramiques ne pouvant pas être séparées chimiquement, nous pensons qu’elles ont aussi été produites localement. Seuls 13 échantillons sont des exceptions ; ils ne sont donc pas locaux. Malheureusement, leur chimisme ne correspond pas à celui des céramiques du bassin ouest des Carpates, lieu de production supposé (exception peut-être de un échantillon). Leur provenance n’a donc pas pu être élucidée. Seules les caractéristiques typologiques des céramiques de Arbon Bleiche 3 ont un lien avec la Bavière ou le bassin des Carpates.
    Summary
    This PhD thesis focuses on the findings from Arbon-Bleiche 3, a Neolithic lacustrine village on the Southern shore of Lake Constance (Bodensee, Switzerland). From 1993 to 1995, 1100 m2 were excavated by the archaeological service of Thurgau (Leuzinger, 2000). The settlement was occupied during a very short period, fifteen years (3384-3370 BC) in the transitional period between Pfyn (3900- 3600 BC) and Horgen (3200-2800 BC) cultures. Dr. A. De Capitani studied the ceramics from Arbon-Bleiche 3. She observed in the ceramics several characteristics of Pfyn culture and of Horgen tradition. She made a typological classification of the ceramics separating Pfyn / Horgen pots from diverse kinds of special forms divided into four sub-groups: special forms Pfyn, special forms Bayern, special forms Boleráz and undetermined special forms. Special forms Pfyn have characteristics from the Pfyn culture, special forms Bayern have specificities in relation with Altheim and Cham cultures in Bavaria, and special forms Boleráz were related to the Boleráz stage of the Baden culture (western Carpathian Basin). For DE CAPITANI (2002), Pfyn / Horgen pots and special forms Pfyn were probably local. A research to detect a possible travel of the other special forms across Europe had to be made. This is the principal goal of this study. First, petrographical analyses permitted to separate non-ceramic material (cob fragments and loom weight) from the ceramics and spindle whorls. The first group was made of an inclusion-rich and carbonate-rich clay, without temper for the cobs and with organic temper for the loom weight. Inversely, the ceramics were manufactured with an inclusion-poor and silicate-rich clay and tempered in various ways. The ceramics were then separated into ten petrographical group according to the clay used and the main temper added (i.e. granite, gabbro, chert, rhyolite, grog and bone). These groups were not in direct relation with the typological groups of DE CAPITANI (2002). Second, chemical analyses let three main groups separate: non-ceramic material (CaO-rich) vs. bone tempered ceramics (P2O5-rich) vs. the great majority of the ceramics from Arbon Bleiche 3. From an archaeological point of view, the Pfyn / Horgen pots are thought to be local. Moreover, because the ceramics cannot be chemically split into groups, the same provenance for the other ceramics is also proposed. Only 13 samples are outliers and were surely foreign. However, a study of 14 ceramics from the western Carpathian Basin (probable import area defined by the archaeologists) did not match the chemistry of the outliers (except maybe one). Their provenance was, hence, not elucidated. Only their typological features are bound to Bavaria or to the western Carpathian Basin.