Faculté des lettres et sciences humaines

Cité de l’énergie et Agenda 21 : deux démarches de développement durable complémentaires : le cas de la Ville de Neuchâtel

Lo Ricco, Sandrine ; Da Cunha, Antonio (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2005.

Dans les années 1970, suite à une forte croissance économique, on observe l’émergence de problèmes liés au chômage, à la pauvreté, à la pollution, à la raréfaction des ressources naturelles ou encore à la congestion urbaine, qui remettent en question le développement basé sur la croissance. C’est dans ce contexte qu’apparaît la notion de développement durable, qui vise à... More

Add to personal list
    Résumé
    Dans les années 1970, suite à une forte croissance économique, on observe l’émergence de problèmes liés au chômage, à la pauvreté, à la pollution, à la raréfaction des ressources naturelles ou encore à la congestion urbaine, qui remettent en question le développement basé sur la croissance. C’est dans ce contexte qu’apparaît la notion de développement durable, qui vise à terme, à un équilibre entre les dimensions économique, environnementale et sociale. Il s’agit d’une nouvelle approche pour observer le développement du territoire. Le développement durable vise à intégrer les différentes politiques sectorielles de la ville afin de parvenir à une durabilité urbaine. Pour instaurer cette dimension transversale, les programmes de développement urbain durable fonctionnent comme des vecteurs de transmission. Ils permettent également de sensibiliser et d’informer les différents acteurs de la société, et de les intégrer dans ces processus qui se veulent participatifs. C’est dans ce contexte que se situe notre travail, dont l’objectif est de comparer deux démarches de développement urbain durable, l’Agenda 21 local et la Cité de l’énergie, afin de déterminer dans quelle mesure elles peuvent être considérées comme complémentaires. Il s’agit de déterminer si un rapprochement entre les démarches d’Agenda 21 local et de Cité de l’énergie permet de renforcer le développement durable et les échanges entre les capitaux, ainsi que la notion de transversalité. Les programmes d’actions présentent des différences et des similitudes en ce qui concerne leur domaine d’activité ou les acteurs impliqués. Nous observons également en quoi cela permet renforcer la communication.