Faculté des lettres et sciences humaines

Obtention du consensus lors de la création d'un parc national : utopie ou réalité ? Le cas du projet de Parc naturel des Muverans

Serquet, Gaëlle ; Söderström, Ola (Dir.) ; Gmür, Philippe (Codir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2005.

En février 2001, l’Association du Parc Naturel des Muverans voit le jour. Ce sont 15 communes (plus St-Maurice, qui viendra par la suite) qui s’associent pour mettre sur pied un projet de parc. En 2004, le consensus semble avoir été trouvé entre les communes, car toutes décident de poursuivre l’étude de faisabilité en cours, et cela bien que le cadre légal fasse défaut en raison de... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En février 2001, l’Association du Parc Naturel des Muverans voit le jour. Ce sont 15 communes (plus St-Maurice, qui viendra par la suite) qui s’associent pour mettre sur pied un projet de parc. En 2004, le consensus semble avoir été trouvé entre les communes, car toutes décident de poursuivre l’étude de faisabilité en cours, et cela bien que le cadre légal fasse défaut en raison de la décision du Conseil fédéral de reporter à sa prochaine législature (2007) la révision de la Loi sur la protection de la nature et du paysage. La présente étude est consacrée à ce consensus provisoire et aux choix stratégiques adoptés pour la conduite du projet. Pour ce faire, un cadre théorique sur la conduite de projet en aménagement du territoire et les manières d’appréhender un tel projet a préalablement été posé. Il présente notamment les modèles hiérarchiques et négociés selon Michel Callon et Gilles Novarina, afin de pouvoir déterminer la stratégie menée par les responsables du projet de parc naturel dans la région des Muverans. L’étude de Patsy Healy, qui propose des stratégies adoptées lors de la conduite d’un projet, a également inspiré le cadre théorique de cette monographie. L’historique et l’exposé du contexte dans lequel l’association a vu le jour se fondent sur l’analyse de divers documents (procès-verbaux et autres) et des entretiens semi-directifs menés auprès de délégués de communes et de personnes sceptiques quant à la réalisation d’un parc. De plus, une cartographie des acteurs concernés par le projet ainsi que des acteurs participant à son élaboration a été établie. Cela a permis de déterminer les formes de participation de chaque catégorie d’acteurs et de démontrer que la démarche adoptée est de type représentatif. Enfin, l’examen des processus d’obtention du consensus et de la nature même de ce consensus met en lumière les points forts mais également les faiblesses de la stratégie menée par les porteurs du projet.