Faculté des sciences

Les géographies de la grandeur et la transition du système de production alimentaire suisse

Gigon, Nathalie ; Ruegg, Jean (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Fribourg, 1999 ; no 1281.

L'économie et le territoire sont interdépendants dans le processus de développement régional. Ces deux composantes indissociables de l'évolution économique d'une région sont prises en compte dans les théories récentes de science régionale. Mais en y regardant de plus près, il s'avère que les concepts opérationnels développés dans ces théories sont limités. Bien que le territoire... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    L'économie et le territoire sont interdépendants dans le processus de développement régional. Ces deux composantes indissociables de l'évolution économique d'une région sont prises en compte dans les théories récentes de science régionale. Mais en y regardant de plus près, il s'avère que les concepts opérationnels développés dans ces théories sont limités. Bien que le territoire soit perçu dans ses multiples aspects, les processus territoriaux sont définis essentiellement par la proximité spatiale et relationnelle. Quant aux processus économiques, ils sont expliqués par un mécanisme prépondérant. En schématisant, il s'agit de la présence de conditions-cadres attractives pour la théorie de la localisation, de l'existence de modalités de coordination efficaces pour la théorie des avantages concurrentiels et celle des districts industriels, de l'innovation technologique pour la théorie des technopoles, d'une culture de coopération/concurrence et de l'innovation pour la théorie des milieux innovateurs ou encore d'effets de taille pour la théorie de la métropolisation. Une théorie novatrice intitulée «les économies de la grandeur», qui appartient au courant de l'économie des conventions, permet de dépasser la limite constatée dans les théories évoquées plus haut puisqu'elle ne se focalise pas sur un seul mécanisme économique mais qu'elle considère les multiples situations de l'activité économique. La théorie des économies de la grandeur explique ces mécanismes à partir de six «mondes». Mais, bien que nombre d'éléments spatiaux soient identifiables dans la description de ces mondes, ni l'espace ni le territoire n'y sont explicités. Pourtant, c'est essentiellement une inscription différenciée clans le temps et l'espace que les inondes se distinguent les uns des autres et acquièrent des propriétés opératoires. Cette thèse propose par conséquent d'enrichir la théorie des économies de la grandeur d'une dimension géographique. Chacun des six mondes est passé au crible d'une clé de lecture géographique. Le résultat de cette analyse territoriale des mondes est représenté sous la forme de deux grilles de correspondance. Une première grille rend compte des interrelations entre les mondes des économies de la grandeur et les trois composantes de base du territoire l'espace, le temps et les relations. Une seconde grille fait état des interrelations entre les mondes et quatre concepts spatiaux opérationnels et complémentaires: l'espace fonctionnel, l'échelle spatiale, la frontière ainsi que la proximité/distance. L'élaboration des «géographies de la grandeur», qui constitue l'objectif théorique de cette thèse, permet non seulement de tenir compte de l'interdépendance entre territoire et économie dans le processus du développement régional, mais aussi d'envisager les processus territoriaux et économiques dans toute leur complexité. La cohérence des comportements économiques et territoriaux des acteurs, qui se traduit par leur capacité à se coordonner dans les mondes et les territoires (lui leur correspondent, déterminent le développement d’une région. Le cadre théorique des «géographies de la grandeur» est ensuite appliqué au système de production alimentaire suisse. L'objectif poursuivi, qui est empirique, est de rendre compte et d'expliquer la transition économique et territoriale à laquelle est actuellement soumis ce système. Les géographies de la grandeur permettent d'analyser la transformation du système de production alimentaire par les aspects économiques et spatiaux des multiples formes d’organisations émergentes et des conventions qui se mettent en place. La segmentation de la production alimentaire se traduit par un renouvellement et une diversification des conventions et des territoires. Le système de production alimentaire qui a dominé jusqu’au début des années 1990 était basé sur la standardisation et la normalisation des produits. Cette production de masse a éloigné les producteurs des consommateurs et elle a homogénéisé le territoire. Depuis une dizaine d'années, une diversification se fait sentir: les produits industriels côtoient à présent des produits biologiques (qui ont tendance à se normaliser eux aussi), des produits de la ferme et des produits du terroir. Alors qu'elles étaient devenues anonymes avec la production et la distribution de masse, les relations entre producteurs et consommateurs reposent de plus en plus sur la confiance. Les objectifs civiques de la politique agricole suisse se sont également transformés, passant de la sécurité alimentaire et de la garantie du revenu agricole à un souci de protection du paysage et de l'environnement. La diversification des conventions et de la production s'inscrivent dans des espaces et des territoires renouvelés. Des changements interviennent dans le poids des échelles spatiales: le Fonctionnement national de la production alimentaire fait place à une organisation locale et régionale. Les frontières internationales s'ouvrent et les frontières culturelles se révèlent. Les espaces fonctionnels se transforment, se concentrant à l'échelle locale ou régionale pour certains produits ou éclatant dans l'espace international tour d'autres. Une double lecture de la transformation du système de production alimentaire suisse, par le territoire, et par l'économie, met en évidence l'interrelation étroite qui existe entre territoire et développement économique régional.
    Summary
    Economy and territory are interdependent elements of the regional development process. These two components, indissociable from a region’s economic development, are taken into account in recent theories of regional science. Yet, after closer examination, the operational concepts developed in these theories prove to be limited. Although territory is perceived as having multiple aspects, territorial processes are defined essentially by spatial and relational proximity. As for economic processes, one main mechanism is provided as explanation. These are, in simplified terms, as follows: for location theory, the presence of a framework of favorable conditions; for the theory of competitive advantage and for the theory of industrial districts, the existence or efficient means of coordination; technological innovation for the theory of technopoles; the theory of “milieux innovateurs” uses innovation and the culture of cooperation/competition; and finally, for metropolisation theory, effects of size are key. “Economies de la grandeur”, an innovative theory that comes out of conventions economics, allows one to go beyond the limits imposed by the above mentioned theories. Rather than focusing on one single economic mechanism, this theory considers the multiple situations of economic activity. The theory of “de la grandeur” explains these using six “worlds”. Though many spatial elements are recognizable in the description of these worlds, neither space nor territory is explicit. Yet it is essentially through a differentiated insertion in time and space that these worlds take on individual and operational properties. This thesis therefore proposes to add a geographical dimension to the theory of “économies de la grandeur”. Each of the six worlds are passed through the filter of a geographical perspective. The result of this territorial analysis is presented using two two-dimensional grids. The first grid describes the connections between the six worlds of the “economies de la grandeur” and the three basic components of territory: space, time and relationships. The second grid presents the relationships between the six worlds and four operational and complementary spatial concepts: functional space, spatial scale, boundaries and proximity/distance. Thus, the development of this “geographies de la grandeur”, the theoretical objective of this thesis, allows one not only to consider the interdependence between territory and economy in the regional development process, but also to picture the terTitorial arid economic processes in ail their complexity. The development of a region is determined by the coherence of actors’ economic and territorial behavior, as seen in their ability to organize themselves in their corresponding worlds and territories. The theoretical framework of the “géographies de la grandeur” is then applied to the Swiss food production system. The goal, this time empirical, is to describe and explain the economic and territorial transition that this system is currently experiencing. “Géographies de la grandeur” allows one to analyze the transformation in the food production system by examining the economic arid spatial aspects of the numerous emerging conventions and organizational forms. The segmentation of food production brings about a renewal and diversification of conventions and territories. Tue food production system that dominated up to the early 1990’s was based on product standardization and normalization. This mass production distanced producers from consumers and homogenized the territory. Since about 10 years ago, diversification has become evident: industrial products now exist alongside organic products (that are also tending to normalization), farm products and products “du terroir”. Whereas the relations hip between producers and consumers had become anonymous through mass production and distribution, it is now based increasingly on trust. The civic objectives of agricultural policy have also been transformed - previously concerned with guaranteeing food production and farmers’ revenues, they’ve now turned to protecting landscape and environment. This diversification of conventions and production is reflected in new spaces and territories. The significance of spatial scales has changed: food production at the national level is replaced by local and regional organization. International borders fade as cultural borders are revealed. Functional spaces are transformed: for some products, they become concentrated at the local or regional scale, for others they burst out into the international sphere. The examination of the Swiss food production system from two perspectives, territory and economy, reveals the close interrelation that exists between territory and regional economic development.