Faculté de biologie et de médecine

Population genetics of Capercaillie (Tetrao urogallus) in the Jura and the Pyrenees: a non-invasive approach to avian conservation genetics

Regnaut, Sébastien ; Fumagalli, Luca (Dir.) ; Hausser, Jacques (Codir.)

Thèse de doctorat : Université de Lausanne, 2004.

Le Grand tétras est un galliforme de montagne apparenté au faisan et au tétras lyre. Il est distribué de manière continue à travers la toundra et les montagnes de moyenne altitude en Europe de l’ouest. Toutefois, les populations d’Europe de l’ouest ont subi un déclin constant au cours des derniers siècles. Les causes de ce déclin sont probablement liées à l’activité humaine,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le Grand tétras est un galliforme de montagne apparenté au faisan et au tétras lyre. Il est distribué de manière continue à travers la toundra et les montagnes de moyenne altitude en Europe de l’ouest. Toutefois, les populations d’Europe de l’ouest ont subi un déclin constant au cours des derniers siècles. Les causes de ce déclin sont probablement liées à l’activité humaine, telle que l’élevage ou le tourisme, qui ont engendré une modification et une fragmentation de l’habitat de l'espèce. Malheureusement, les populations soumises à de forts déclins démographiques peuvent subir des effets génétiques (augmentation de la consanguinité et perte de diversité génétique) qui peuvent diminuer leur potentiel de reproduction et conduire irrémédiablement à l’extinction. Cette thèse présente les analyses conduites dans le but d'estimer l’impact du déclin démographique des populations de Grand tétras sur l'étendue et la distribution de leur variabilité génétique dans le Jura et dans les Pyrénées. Du fait de la législation locale protégeant les tétraonidés en général, mais également en raison de la biologie très cryptique du Grand tétras, l'ensemble des analyses de cette étude a été réalisé à partir de matériel génétique extrait des fientes (ou échantillonnage génétique non invasif). Dans la première partie de l’étude, je détaille les protocoles d’extraction d’ADN et d’amplification par PCR modifiés à partir des protocoles classiques utilisant des échantillons conventionnels, riches en ADN. L’utilisation d’ADN fécal impose des contraintes dues à la mauvaise qualité et à la faible quantité du matériel génétique à disposition dans les fientes. Ces contraintes ont pu être partiellement contournées en réalisant des répétitions multiples du génotypage afin d'obtenir un degré de fiabilité suffisante. J’ai également analysé les causes de la dégradation de l’ADN dans les excréments. Parmi les causes les plus communes, telles que l’activité bactérienne, l’hydrolyse spontanée et la dégradation enzymatique par les DNases libres, c’est ce dernier facteur qui apparaît comme étant la cause majeure et la plus rapide , responsable de la dégradation de la qualité des échantillons. La rapidité de l’action enzymatique suggère que les plans d’échantillonnages de excréments sur le terrain pourraient être optimisés en les réalisant dans des conditions climatiques froides et sèches, favorisant ainsi l’inhibition des DNases. La seconde partie de la thèse est une étude par simulation visant à déterminer la capacité du logiciel Structure à identifier les structures génétiques complexes et hiérarchiques fréquemment rencontrées dans les populations naturelles, et ce en utilisant différents types de marqueurs génétiques. Les méthodes implémentées dans Structure apparaissent efficaces pour détecter le degré les plus élevé de structure hiérarchique, et les résultats apparaissent fortement dépendants du nombre de marqueurs utilisés, ainsi que de la taille de l’échantillonnage. Les troisième et quatrième parties de cette thèse décrivent le statut génétique des populations résiduelles du Jura et des Pyrénées à partir de l'analyse de 11 loci microsatellites. Nous n'avons pas pu mettre en évidence dans les deux populations des effets liés à la consanguinité ou à la réduction de la diversité génétique. De plus, la différenciation génétique entre les patches d’habitats favorables reste modérée et corrélée à la distance géographique, ce qui suggère que la dispersion d’individus entre les patches a été importante au moins pendant ces dernières générations. La comparaison des paramètres de la diversité génétique avec ceux d’autres populations de Grand tétras, ou d’autres espèces proches, indique que la population du Jura a retenu une proportion importante de sa diversité originelle. Ces résultats suggèrent que le déclin récent des populations a jusqu’ici eu un impact modéré sur les facteurs génétiques et que ces populations semblent avoir conservé le potentiel nécessaire à leur survie à long terme. Finalement, en cinquième partie, l’analyse de l’apparentement entre les mâles qui participent à la parade sur les places de chant (leks) indique que ces derniers sont distribués en agrégats de manière non aléatoire, préférentiellement entre individus apparentés. En plus de cette agrégation géographique entre mâles apparentés, nos analyses ont également mis en évidence une proportion significative d’individus non apparentés présents sur les leks. Cette situation particulière ne semble pas compromettre la diversité génétique à l'échelle locale. De plus, la corrélation entre les distances génétique et géographique entre les leks est en accord avec les motifs d'isolement par la distance mis en évidence à d’autres niveaux hiérarchiques (entre patches d’habitat et populations), ainsi qu’avec les études menées sur d’autres espèces ayant choisi ce même système de reproduction. En conclusion, cette première étude basée uniquement sur de l'ADN nucléaire aviaire extrait à partir de fèces a fourni des informations nouvelles qui n’auraient pas pu être obtenues par une méthode d’observation sur le terrain ou d'échantillonnage génétique classique. Aucun oiseau n’a été dérangé ou capturé, et les résultats sont comparables à d’autres études concernant des espèces proches. Néanmoins, la taille de ces populations approche des niveaux au dessous desquels la survie à long terme est fortement incertaine. La persistance de la diversité génétique pour les prochaines générations reste en conséquence liée à la survie des adultes et à une reprise du succès de la reproduction.