Faculté des lettres

Fondements et perspectives de l'éducation préscolaire au Québec : pédagogie en contexte ludique

Bédard, Johanne ; Gurtner, Jean-Luc (Dir.) ; Retschitzki, Jean (Codir.)

Thèse de doctorat : Université de Fribourg, 2002.

Centrée sur les représentations et les pratiques d'utilisation du jeu au préscolaire, cette thèse s'inscrit dans le processus de réforme de l'enseignement au préscolaire, tel qu'amorcé récemment par le ministère de l'Éducation du Québec. Celle-ci fait également suite aux changements récents apportés par le ministère de la Famille et de l'Enfance au regard de la modélisation des... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Centrée sur les représentations et les pratiques d'utilisation du jeu au préscolaire, cette thèse s'inscrit dans le processus de réforme de l'enseignement au préscolaire, tel qu'amorcé récemment par le ministère de l'Éducation du Québec. Celle-ci fait également suite aux changements récents apportés par le ministère de la Famille et de l'Enfance au regard de la modélisation des services de garde. Tant les programmes que l'énoncé de politique fondant la réforme actuelle de l'éducation en milieu scolaire et de garde situent le jeu comme contexte clé permettant la réalisation d'apprentissages par le jeune enfant. Il nous est donc apparu nécessaire d’identifier les pratiques éducatives au préscolaire et, tout particulièrement, l'utilisation pédagogique des contextes ludiques. Nous avons adopté une perspective comparative qui nous a permis d’identifier les tendances générales qui distinguent les pratiques des diverses catégories de personnels oeuvrant au préscolaire, tout en tenant compte des différences culturelles pouvant exister entre l’Europe (Suisse) et l’Amérique du Nord (Québec). Le tout nous a permis de déterminer s'il y avait correspondance entre les discours ministériels et la réalité des praticiens qui oeuvrent à la maternelle 4 et 5 ans et dans les centres de la petite enfance (CPE). Dans le but de promouvoir une meilleure articulation entre ces deux services éducatifs, nous avons identifié les dimensions complémentaires et divergentes des orientations pédagogiques encouragées que nous avons mises en relation avec les pratiques d'intervention éducative privilégiées. Nous avons donc analysé la perception des agents travaillant en petite enfance au regard de l'apprentissage et du développement de l'enfant par rapport aux divers modes de planification, d'intervention, d'animation et d'observation qu'ils favorisent en situation de jeu. Ainsi, nous avons établi le profil pédagogique et celui de l'intégration du jeu dans les différentes pratiques éducatives en fonction des formations initiales et continues reçues, des programmes et ouvrages de références utilisés, des conditions de soutien pédagogique, du type d'aménagement valorisé, du matériel mis à la disposition des enfants ainsi que des types d'activités ludiques offertes. C'est grâce à des cueillettes de données successives et complémentaires faites par le biais de questionnaires réalisés auprès d’enseignantes à la maternelle ainsi que des éducatrices en CPE qui interviennent auprès de groupes d'enfants de 4-5 ans que l'actuelle recherche permettra des retombées de deux ordres. D'une part, sur le plan théorique, nous tenterons de poser les bases du rôle du jeu qui pourraient s’inscrire ultérieurement dans une théorie de la pédagogie au préscolaire. Nous référons ici à un corpus de savoirs scientifiques de nature disciplinaire, propre aux sciences de l’éducation, qui ne soit pas purement des résultats d’application des modèles théoriques issus des univers disciplinaires contributoires, tels ceux de la psychologie ou de la sociologie. Dans ce sens, notre thèse s’inscrit dans la lignée des travaux de Gauthier qui démontrent le besoin d’une telle théorie (Gauthier, Martineau, Desbiens, Malo et Simard, 1997; Martineau et Gauthier, 1999). Ceci, bien que les travaux de ces auteurs et d’autres chercheurs qui s’intéressent à la question de l’émergence d’un corpus de savoirs homologués propres aux sciences de l’éducation ne s’adressent pas particulièrement à l’intervention éducative au préscolaire. Si une telle modélisation théorique reste à faire, ceux qui désirent s’y atteler ne peuvent faire abstraction de son fondement : l’état de connaissance sur ce qui caractérise les pratiques, trop souvent aléatoires et disparates, des intervenants qui y oeuvrent actuellement. C’est à cette tâche que nous espérons apporter notre modeste contribution et, par ailleurs, au niveau pratique, nous fournirons au personnel en intervention précoce ainsi qu'aux décideurs de l'éducation préscolaire un portrait de la cohérence ou de la distance qui sépare les pratiques des finalités des programmes d'enseignement et d'éducation en petite enfance. Les résultats présentés se basent sur l'administration concomitante d'un questionnaire d'enquête à un échantillon (Québec/Suisse) composé d’enseignantes de maternelle 4 et 5 ans et de classes enfantines ainsi que d’éducatrices oeuvrant dans les divers services de garde (CPE, garderies, crèches et jardins d’enfants). Ils se fondent aussi sur une enquête par questionnaire réalisée auprès d’étudiantes inscrites en année terminale du Baccalauréat en enseignement préscolaire et primaire. Ceci, de manière à connaître les représentations qu’ont les futurs enseignants de maternelle au Québec des finalités de l’intervention éducative et en particulier du rôle accordé au jeu. Enfin, nos résultats feront aussi état de l'analyse de contenu du discours d'un sous-échantillon de concepteurs du programme d’éducation au préscolaire québécois ayant participé à une entrevue centrée sur l’orientation et les valeurs de ce dernier.