Centre interfacultaire en droits de l'enfant

Dynamiques de collaboration dans la définition d’une situation de mise en danger en protection de l’enfant : Une analyse des interactions interprofessionnelles et entre professionnel-les et familles à travers les dossiers

Etienne, Mathilde ; Jaffé, Philip D. (Dir.)

Mémoire de master : Université de Genève, 2021.

Les dossiers d’APEA réunissent en théorie tous les éléments sur lesquelles se basent les décisions prises. Ils sont à la fois le produit d’une perception de la réalité (Witte, 2020) et producteurs d’une réalité car ils influencent les mesures proposées. Au travers de l’analyse de quatre dossiers, éclairée par des entretiens menés avec les personnes concernées (3... More

Add to personal list
    Résumé
    Les dossiers d’APEA réunissent en théorie tous les éléments sur lesquelles se basent les décisions prises. Ils sont à la fois le produit d’une perception de la réalité (Witte, 2020) et producteurs d’une réalité car ils influencent les mesures proposées. Au travers de l’analyse de quatre dossiers, éclairée par des entretiens menés avec les personnes concernées (3 magistrat-es, 2 greffier-es, 1 père, 2 mères, 4 enfants et 2 membres de la famille élargie), cette recherche questionne dans quelle mesure les dynamiques de collaboration interprofessionnelles et entre professionnel-les et familles permettent aux enfants et aux parents de participer à la définition de leur problématique et leur offrent une marge de manœuvre pour influencer la procédure et les décisions prises. Plus précisément, ce travail s’articule autour de trois axes : la collaboration entre APEA et autres services ou professionnel-les concerné-es autour de la gestion des risques ; la collaboration entre APEA et famille (parents et enfants) ; ainsi que l’enjeu de la définition des problématiques des personnes concernées et de leurs identités construites au travers des dossiers d’APEA. Cette analyse a permis de mettre en lumière le rôle central des mandataires dans les procédures de protection de l’enfant, ainsi que comme intermédiaire entre famille et autorités. La logique d’action (légaliste, délibérative ou collaborative selon Lambert, 2013) dans laquelle ils/elles s’inscrivent et la forme d’interaction (selon Karzs) qu’ils/elles proposent aux familles détermine en grande partie dans quelle mesure les familles participent aux différentes étapes d’une procédure de protection de l’enfant. Les dynamiques de collaboration entre APEA et parents sont variables selon mes résultats, et l’audition des enfants optionnelle. La définition des risques et des problématiques est principalement menée par les professionnel-les. Cependant, le consensus avec les familles est recherché, et le sentiment global des personnes concernées au sujet de leur participation aux processus de prise de décision est positif.