Implémentation de bornes automatiques de prêt : le cas de la bibliothèque de Bulle

Hahling, Héloïse ; Madinier, Hélène (Dir.)

Mémoire de master : Haute école de gestion de Genève, 2020 ; MASID 92.

L’accueil du Musée gruérien, commun aux fonctions de musée et de bibliothèque assurées par l’institution, est occupé par trop d’opérations de prêt et de retour inhérentes à la fonction bibliothèque pour répondre de manière satisfaisante aux différentes demandes des publics qui y cohabitent. Cela remet ainsi en question la qualité du service public proposé, un problème... Di più

Aggiungi alla tua lista
    Résumé
    L’accueil du Musée gruérien, commun aux fonctions de musée et de bibliothèque assurées par l’institution, est occupé par trop d’opérations de prêt et de retour inhérentes à la fonction bibliothèque pour répondre de manière satisfaisante aux différentes demandes des publics qui y cohabitent. Cela remet ainsi en question la qualité du service public proposé, un problème aggravé au vu de l’augmentation démographique de la Ville de Bulle et de la fréquentation du Musée gruérien qui s’ensuit. Pour y remédier, la Bibliothèque de Bulle, souhaite se munir de bornes automatiques de prêt, de manière à libérer le personnel d’opérations simples et répétitives au profit de l’accueil des publics. Ce travail vise donc à s’assurer de la pertinence de cette démarche, puis à prévoir la gestion technique et humaine du projet. D’abord, ce travail s’intéresse aux techniques utilisées pour automatiser le prêt en bibliothèque, puis se concentre sur la technologie RFID, dont les caractéristiques sont plus indiquées pour répondre aux besoins de l’institution que celles des codes- barres. Ses aspects techniques et pratiques en bibliothèque, ainsi que ses implications sur les parties prenantes sont étudiés, afin de cerner les enjeux de l’initiation d’un tel projet, dont le principal s’avère être la gestion du changement (chapitre 4). Ensuite, l’automatisation du prêt est examinée sur le plan national grâce à un sondage et des entretiens (chapitre 5). Cette partie révèle que les bibliothèques alémaniques sont plus enclines à s’équiper en RFID que leurs collègues romandes; elle démontre aussi que les bibliothèques romandes dont la situation est comparable à celle de la Bibliothèque de Bulle se sont déjà intéressées à cette possibilité. Enfin, l’étude se concentre sur la situation et la problématique de la bibliothèque mandante (chapitre 6), de manière à confirmer la nécessité du projet, puis à lui fournir un cahier des charges technique de l’équipement à acquérir, deux scénarios de réalisation du projet de différents niveaux d’investissement et d’équipement –un minimal destiné à fluidifier les transactions qui impliquerait peu de changements et un optimal destiné à accorder plus d’autonomie aux usagers qui influencerait davantage les habitudes des parties prenantes –, ainsi qu’un plan de projet. Ce dernier document (chapitre 7)doit appuyer la soumission du projet à la Ville de Bulle et à guider la bibliothèque dans la poursuite du projet. Le projet semble répondre aux besoins de la Bibliothèque de Bulle. La démarche proposée permettrait de maintenir la qualité du service public et des conditions de travail de l’équipe; elle s’inscrit dans une perspective de modernisation et d’adaptation des moyens de l’institution. L’implantation de ce projet participerait donc pleinement à l’accomplissement de la mission de ce lieu culturel en plein développement.