Travail social

La prostitution en Valais : les conditions des travailleuses du sexe

Korpikaija, Marika ; Palazzo-Crettol, Clothilde (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2020.

« Le plus vieux métier du monde », la phrase habituellement utilisée dans différents contextes en parlant de la prostitution. Qu’est-ce que cela pourrait sous-entendre ? Que ce besoin sexuel a toujours existé ? Que la prostitution est un métier ? Que cette activité, étant « la plus vieille », ne pourrait pas disparaître ? Même si l’histoire de la prostitution est longue, ces... More

Add to personal list
    Résumé
    « Le plus vieux métier du monde », la phrase habituellement utilisée dans différents contextes en parlant de la prostitution. Qu’est-ce que cela pourrait sous-entendre ? Que ce besoin sexuel a toujours existé ? Que la prostitution est un métier ? Que cette activité, étant « la plus vieille », ne pourrait pas disparaître ? Même si l’histoire de la prostitution est longue, ces questions sont toujours omniprésentes dans les différentes recherches. La prostitution est peu étudiée et peu visible en Valais. Ce terrain de recherche est donc extraordinaire pour diverses raisons. Il est nécessaire d’approfondir les connaissances sur la réalité que vivent les travailleuses du sexe. Qu’est-ce que cela signifie d’être une femme, souvent migrante, d’une autre ethnie et travailler dans le domaine érotique ? Le travail social prend toute son importance dans le combat contre les inégalités et la stigmatisation que subissent les travailleuses du sexe. Ce travail de recherche a comme objectif de comprendre dans quelles conditions vivent les travailleuses du sexe en Valais, et quels dispositifs entourent la prostitution. Je vais notamment analyser la place de l’accompagnement social qui a été mis en place afin de soutenir des personnes prostituées. Pour ce travail de recherche, j’ai pu observer dans quelles conditions la prostitution est pratiquée et également poser des questions aux travailleuses du sexe. De plus, j’ai interrogé des professionnelles qui travaillent dans ce milieu. Ces différents regards m’ont permis de mettre en lumière certaines difficultés et la vulnérabilité dans laquelle les travailleuses du sexe vivent. Dans la conclusion, certaines pistes d’actions sont proposées. L’objectif de ces propositions est de réduire cette vulnérabilité et permettre une meilleure autonomie dans ce domaine où le pouvoir d’agir est plutôt faible.