Travail social

Les éducateurs et éducatrices face aux comportements hypersexualisés d’adolescentes en institution : quelles représentations du phénomène pour quelles actions éducatives ?

Borgeat, Mélanie ; Solioz, Emmanuel (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute Ecole de Travail Social, 2020.

Ce travail de recherche s’intéresse aux représentations du phénomène de l’hypersexualisation des adolescentes en institution chez les travailleurs sociaux. Le milieu éducatif étant directement touché par l’hypersexualisation, cette recherche se propose d’explorer, à l’aide de la théorie des représentations sociales, les connaissances, attitudes et ressources que les... Mehr

Zum persönliche Liste hinzufügen
    Résumé
    Ce travail de recherche s’intéresse aux représentations du phénomène de l’hypersexualisation des adolescentes en institution chez les travailleurs sociaux. Le milieu éducatif étant directement touché par l’hypersexualisation, cette recherche se propose d’explorer, à l’aide de la théorie des représentations sociales, les connaissances, attitudes et ressources que les éducateurs partagent à ce sujet afin de comprendre le sens de leurs actions éducatives. Les trois objectifs de la recherche sont les suivants : (1) vérifier si le phénomène de l’hypersexualisation est une réalité observée par les éducateurs chez les adolescentes qu’ils accompagnent ; (2) explorer si le phénomène de l’hypersexualisation demande des réponses éducatives et si oui pourquoi ; (3) définir les ressources théoriques, institutionnelles et personnelles auxquelles les éducateurs se réfèrent pour intervenir. Afin d’explorer le contenu des représentations sociales, une méthode de recherche qualitative de type exploratoire a été privilégiée. Quatre professionnels du travail social accompagnant des adolescentes en institution ont été d’accord de répondre à mes questions. Afin d’avoir un échantillon représentatif, certaines caractéristiques telles que l’âge ou le sexe ont été prises en considération. L’étude a été limitée à des institutions valaisannes et vaudoises. Les principaux résultats de la recherche démontrent que les travailleurs sociaux savent mettre des mots sur l’hypersexualisation. Ils l’associent à une exagération basée sur trois dimensions : l’apparence, l’attitude et les pratiques sexuelles des jeunes filles. Les résultats de cette recherche indiquent par ailleurs qu’ils adoptent une attitude négative et défavorable devant le phénomène en raison d’inquiétudes liées aux manifestations de l’hypersexualisation. Tous s’accordent à dire que l’exagération dans la sexualisation du vêtement, des attitudes, des paroles et des gestes demandent des réponses éducatives dans le but de prévenir de conséquences nuisibles pour les adolescentes. Ces conséquences peuvent être : le risque d’influence sur l’agir sexuel, le risque que les normes sociétales impactent la vie future des jeunes filles, le risque d’extériorité au lieu de l’intériorité, l’influence sur l’image et l’estime de soi, la pression à se conformer aux attentes du groupe, le manque de respect envers soi-même et les autres ou le risque de perpétuer une vision stéréotypée des genres. En somme, ce travail de recherche apporte un éclairage sur les représentations sociales du phénomène chez les éducateurs et éducatrices. Malgré la pertinence de la démarche qui permet d’engager une réflexion quant à l’accompagnement de ces jeunes filles, les résultats ne peuvent être généralisés en raison de son échantillon limité. Il aurait été par ailleurs intéressant de se pencher sur la question des représentations des jeunes filles elles-mêmes. S’intéresser à leur point de vue aurait peut-être amené les éducateurs à proposer des pistes d’action différentes de celles mises en œuvre actuellement