La sous-représentation des femmes dans les fonctions dirigeantes, que peuvent faire les entreprises ?

Camillone, Nicole ; Lundgren, Mariangela (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2019 ; TDEE 383.

Nombreuses sont les études qui, ces dernières années, ont mis en évidence la question de la sous-représentation des femmes dans les hautes fonctions, en particulier dans la sphère économique, où cette différence est encore plus criante. À l’heure actuelle, parmi toutes les entreprises suisses, les femmes occupant un poste dans les différentes sphères de pouvoir représentent le... Di più

Aggiungi alla tua lista
    Résumé
    Nombreuses sont les études qui, ces dernières années, ont mis en évidence la question de la sous-représentation des femmes dans les hautes fonctions, en particulier dans la sphère économique, où cette différence est encore plus criante. À l’heure actuelle, parmi toutes les entreprises suisses, les femmes occupant un poste dans les différentes sphères de pouvoir représentent le 23,4%. Comparé, ce chiffre est nettement inférieur à la proportion de femmes actives sur le marché suisse (79,9%). Cela n’est pas dû à un manque de volonté ou de compétences de la part des femmes, car les chiffres parlent d’eux-mêmes. En effet, nombreuses sont les entreprises qui, avec une certaine représentation féminine au sommet de leur hiérarchie, sont plus performantes et présentent de bien meilleurs résultats que d’autres sociétés. Face à cette sous-représentation, l’objectif de ce travail de Bachelor est, dans un premier temps, analyser la situation de la femme dans l’économie suisse, en particulier dans les hautes fonctions et d’ensuite, proposer de mesures concrètes pour aider les femmes à accéder au sommet des hiérarchies. Afin de pouvoir être en mesure de répondre à mes interrogations, j’ai décidé de me tourner vers une démarche appréciative. Cette approche, qui est une démarche de conduite au changement, va me permettre, à travers ses quatre étapes, d’apporter une réflexion sur la question de l’égalité et d’émettre des recommandations concrètes et viables. Pour y parvenir, je me suis tournée vers différents professionnels du monde économique, avec des profils différents et travaillant dans des branches différentes. Cependant l’égalité entre hommes et femmes en entreprise et un de leurs credo, je vais pouvoir connaître leur avis sur la question et également identifier les différentes pratiques actuelles, celles que leur entreprise à mises en place. J’ai décidé pour cela, de m’orienter vers des entretiens qualitatifs en utilisant un questionnaire qualitatif semidirectif. En confrontant mes recherches et mes analyses, je suis arrivées à conclure une hypothèse orientée vers quatre axes majeurs, sur lesquels les entreprises devraient se concentrer principalement. Ils concernent : la culture d’entreprise, le recrutement, la conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle et pour finir, le développement professionnel. C’est de cela que découleront mes recommandations.