Analyse des enjeux du parcours migratoire somalien jusqu'à Genève et recommandations afin d'aider ces réfugiés

Aabi, Samera ; Maeder, Eric (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2019 ; TDEE 376.

Depuis la chute de l’ancien président Siyaad Barre en 1991, la Somalie a sombré dans le chaos. Famine, sécheresse, terrorisme, instabilité politique résument jusqu’à aujourd’hui les maux de ce pays brisé. L’absence d’une bonne structure étatique a permis le développement de groupes terroristes et les civils en sont les principales victimes. Selon UNHCR, une tendance globale... More

Add to personal list
    Résumé
    Depuis la chute de l’ancien président Siyaad Barre en 1991, la Somalie a sombré dans le chaos. Famine, sécheresse, terrorisme, instabilité politique résument jusqu’à aujourd’hui les maux de ce pays brisé. L’absence d’une bonne structure étatique a permis le développement de groupes terroristes et les civils en sont les principales victimes. Selon UNHCR, une tendance globale émerge, en 2017, au total, 3,2 millions de somaliens ont fui leur domicile et 986'400 se sont réfugiés à l’étranger. Certains de ces réfugiés ont entrepris leurs voyages jusqu’en Europe, en passant majoritairement par l’Ethiopie, le Soudan et enfin la Libye, pour rejoindre les côtes européennes. En 2015, Eurostat, l’agence destinée à la récolte de données de l’UE, a annoncé cette même année, que l’Europe avait connu un afflux record de migrants, estimé à 1,3228 million de personnes. Afin de diminuer et de réguler le flux de migrants, l’Union européenne a depuis passé divers accords avec les pays d’origine de certains migrants et les pays de transition en Afrique et au Proche-Orient. Ces accords visent à améliorer les contrôles aux frontières, à faciliter la coopération pour le renvoi, à réintégrer des migrants qui ne sont pas conformes aux critères d’asile européen et à sensibiliser les migrants face à ce voyage périlleux. L’instabilité de certains pays d’Afrique, tels que la Libye a favorisé l’arrivée de ces migrants en Europe mais a aussi généré un trafic d’êtres humains ainsi que des pratiques à l’encontre des droits de l’homme. Les pays par lesquels ces migrants transitent sont relativement instables, particulièrement en Libye, après la chute du président Kadhafi en 2011. Ces derniers s’exposent à un parcours dangereux et certains ne sont pas conscients des risques liés à ce voyage : raquettes, kidnapping, esclavage, viols ou encore, meurtres.