Faculté des lettres et sciences humaines

L'investissement des pères dans la lecture partagée et la reconfiguration des normes traditionnelles de la masculinité

Salvi, Eva ; Zittoun, Tania (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2020.

Vous vous demandez peut-être pourquoi s’intéresser aux pères qui racontent des histoires à leur-s enfant-s. En effet, le moment de lecture partagée dans le contexte familial pouvant être quotidien et a priori banal, il peut sembler que l’intérêt d’une telle recherche soit restreint. Toutefois, il s’avère que cette problématique soulève des enjeux privés et relationnels mais... More

Add to personal list
    Résumé
    Vous vous demandez peut-être pourquoi s’intéresser aux pères qui racontent des histoires à leur-s enfant-s. En effet, le moment de lecture partagée dans le contexte familial pouvant être quotidien et a priori banal, il peut sembler que l’intérêt d’une telle recherche soit restreint. Toutefois, il s’avère que cette problématique soulève des enjeux privés et relationnels mais aussi sociétaux et politiques et elle mérite donc une attention particulière. Tout d’abord, la lecture correspond à une pratique culturelle (Bruner, 2010) mais aussi une tâche éducative qui sollicite et développe des compétences cognitives, interactionnelles et affectives. Par ailleurs, dans la mesure où les rapports de genre associent traditionnellement les femmes à l’espace domestique et les hommes à l’espace public, ce sont souvent elles qui se chargent des tâches éducatives, dont la lecture partagée fait partie (Darmon, 2010). Cependant, à la fin des années 1960, l’entrée des femmes sur le marché du travail salarié, ainsi que le déclin du mariage notamment, ont concouru à engendrer une réorganisation sociale de même qu’une reconfiguration des rôles parentaux traditionnels (Ferrand, 2001). Il est dès lors socialement attendu des pères qu’ils participent à l’éducation des enfants et qu’ils s’impliquent également davantage dans la réalisation des tâches ménagères (Brian, 2018). Par conséquent, il s’avère intéressant d’étudier le degré d’investissement des pères dans la lecture partagée avec leur-s enfant-s pour comprendre ce que cela dit de leur manière de concevoir la (ou leur) paternité et potentiellement pour saisir en quoi cette (non-)implication paternelle vient reproduire ou reconfigurer les normes traditionnelles de la masculinité (Connell, 1995 ; Despentes, 2006). Grâce à l’analyse des données, nous verrons que certains pères peuvent effectivement renégocier quelques-unes des valeurs dites masculines – notamment à travers l’expression de leurs émotions. Toutefois, la lecture n’est pas le seul moyen de transformer le modèle traditionnel de la masculinité. Enfin, nous verrons qu’une certaine implication paternelle dans les tâches éducatives n’est pas toujours associée à une plus grande participation aux tâches ménagères (Brugeilles & Sébille, 2013 ; Lecoq, 2017).