Faculté des sciences

The foraging ecology of two neighbouring chimpanzee communities from Budongo Forest

Villioth, Jakob ; Newton-Fisher, Nicholas E. (Dir.) ; Zuberbühler, Klaus (Codir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2019.

Chimpanzees (Pan troglodytes) often serve as a model species to test socio-ecological theories of foraging behaviour. Due to a high degree of fission-fusion dynamics, essential foraging variables, such as group size, patch size and travel distance, are expected to be more closely linked in chimpanzees than in animals that forage in cohesive groups. While it has been clearly established... More

Add to personal list
    Résumé
    Les chimpanzés (Pan troglodytes) servent souvent d'espèces modèles pour tester les théories socio-écologiques du comportement de recherche de nourriture. En raison d'un degré élevé de dynamique de fission-fusion, on s'attend à ce que les variables essentielles pour la recherche de nourriture, comme la taille des groupes, la taille des parcelles de nourriture et la distance de déplacement, soient plus étroitement liées chez les chimpanzés que chez les animaux qui se nourrissent en groupes cohésifs. Bien qu'il ait été clairement établi que la relation entre la taille du groupe et la taille de la parcelle de nourriture est conforme aux prévisions théoriques, l'importance d'autres variables de recherche de nourriture, comme la distance de déplacement et les différences entre les sexes dans les stratégies de recherche de nourriture, est moins bien comprise. De plus, l'image de l'écologie de l'alimentation des chimpanzés est éclairée par un grand nombre de communautés individuelles de chimpanzés de toute l'Afrique, mais le comportement alimentaire des chimpanzés de la même population a rarement été étudié en détail.
    Je présente ici l'écologie alimentaire de deux communautés voisines de chimpanzés de la réserve forestière de Budongo en Ouganda, Sonso et Waibira, qui occupent des domaines vitaux de composition végétale différente et dont la taille totale varie. D'octobre 2015 à juin 2017, j'ai suivi des chimpanzés adultes mâles et femelles dans chaque communauté étudiée pendant une période de 8 mois, en collectant des données sur les parcelles de nourriture individuels et les distances entre les parcelles de nourriture par chimpanzés spécifiques. Ces données ont été combinées à des mesures de la disponibilité alimentaire et à des données sur la composition de la forêt dans les domaines vitaux de chaque communauté.
    Une première évaluation de la composition de la forêt dans les domaines vitaux a montré que deux espèces alimentaires importantes autres que le figuier pourraient être plus abondantes dans le domaine vital de Waibira. Au cours de cette étude, le régime alimentaire de la communauté Sonso était caractérisé par une faible diversité et des variations de qualité considérables. La nourriture disponible pour cette communauté était variée et les chimpanzés, surtout les mâles, complétaient leur alimentation par des grandes cultures. La disponibilité alimentaire et la qualité de l'alimentation de la communauté de Waibira étaient plus stables, ce qui a permis d'équilibrer les budgets d'activité. Les chimpanzés Waibira ne s'alimentent pas sur les grandes cultures et, peut-être à cause de cela, la composition du régime alimentaire de cette communauté était plus variable et la diversité du régime était plus grande. Les jeunes feuilles faisaient partie intégrante de l'alimentation des deux communautés, ce qui souligne l'importance des protéines dans l'alimentation des chimpanzés et la nécessité de réévaluer les stratégies de recherche de nourriture des chimpanzés en fonction d'un apport équilibré en macronutriments.
    La communauté de Waibira s'est nourrie en moyenne en petits groupes et en petites parcelles de nourriture, parcourant de plus courtes distances entre les parcelles lorsque tous les déplacements étaient pris en compte. Cependant, la stratégie générale de recherche de nourriture, qui consiste à utiliser la dynamique fission-fusion pour minimiser la compétition alimentaire, semble être très similaire dans les deux communautés : Les groupes plus grands ont fourragé dans de plus grandes parcelles de nourriture et la taille du groupe a augmenté avec la distance parcourue et la longueur des cycles d'alimentation. Les chimpanzés des deux communautés choisissent des parcelles de nourriture de la même façon: chez les deux sexes et dans les communautés, on a constaté une nette préférence pour des parcelles d'aliments plus proches ou nouveaux, alors que le pouvoir prédictif de la taille des parcelles était généralement faible. Dans l'ensemble, les différences entre les sexes dans les budgets d'activité et le comportement de recherche de nourriture étaient insignifiantes, remettant en question l'hypothèse générale selon laquelle les chimpanzés femelles ont besoin de fourrager d'une manière fondamentalement différente de celle des chimpanzés mâles.
    Les résultats de cette étude démontrent que, pour juger de l'utilité des modèles socioécologiques et faire progresser notre compréhension des facteurs qui façonnent les stratégies de recherche de nourriture, il faut des modèles complets du comportement de recherche de nourriture, qui intègrent plusieurs variables importantes simultanément. La mesure dans laquelle les chimpanzés ont été en mesure d'adapter leurs profils d'activité et leur composition alimentaire ainsi que leur diversité aux différents environnements forestiers, tout en maintenant une stratégie générale pour maximiser le succès de la recherche de nourriture, suggère qu'ils sont plus généralistes que ce qui est actuellement reconnu.
    Summary
    Chimpanzees (Pan troglodytes) often serve as a model species to test socio-ecological theories of foraging behaviour. Due to a high degree of fission-fusion dynamics, essential foraging variables, such as group size, patch size and travel distance, are expected to be more closely linked in chimpanzees than in animals that forage in cohesive groups. While it has been clearly established that the relationship between party size and patch size follows theoretical predictions, the importance of other foraging variables, such as travel distance, and sex differences in foraging strategies are less well understood. Also, the picture of chimpanzee feeding ecology is informed by a large number of individual chimpanzee communities from all across Africa, but foraging behaviour in chimpanzees of the same population has rarely been studied in detail.
    Here I present the feeding ecology of two neighbouring, interbreeding chimpanzee communities from the Budongo Forest Reserve in Uganda, Sonso and Waibira, that occupy home ranges of different vegetation composition and differ in overall size. From October 2015 to June 2017 I followed adult male and female chimpanzees in each study community for a period of 8 months, collecting data on individual food patches and inter-patch distances by specific focals. These were combined with measurements of food availability and data on forest composition within the home ranges of each community.
    A first assessment of forest composition across home ranges showed that two important non-fig food species might be more abundant within the Waibira home range. During this study, the diet of the Sonso community was characterized by a low diversity and considerable variation in quality. Food availability for this community varied and chimpanzees, especially males, supplemented their diet with field-crops. Food availability and diet quality for the Waibira community was more stable, resulting in overall more balanced activity budgets. Waibira chimpanzees do not forage on field crops and, possibly as a result of this, diet composition of this community was more variable and diet diversity was higher. Young leaves were an integral part of the diet in both communities, a result which underlines the importance of protein in chimpanzee diet and the need to reassess chimpanzee foraging strategies with regard to a balanced intake of macronutrients.
    The Waibira community foraged on average in smaller parties and smaller food patches, travelling shorter inter-patch distances when all travel was considered. However, the general foraging strategy of using fission-fusion dynamics to minimize feeding competition appeared to be very similar in both communities: Larger parties foraged in larger food patches and party size increased with travel distance and feeding bout length. Chimpanzees in both communities chose food patches in a similar way: Across sexes and communities, chimpanzees exhibited a clear preference for closer as well as novel food patches, whereas the predictive power of patch size was generally low. Overall, sex differences in activity budgets and foraging behaviour were insignificant, questioning the general assumption that female chimpanzees need to forage in a fundamentally different way compared to male chimpanzees.
    Findings of this study demonstrate that, in order to judge the utility of socio-ecological models and advance our understanding of factors that shape foraging strategies, comprehensive models of foraging behaviour are needed, that incorporate several important variables simultaneously. The extent to which chimpanzees were able to adjust activity patterns and dietary composition as well as diversity to different forest environments, while maintaining a general strategy to maximize foraging success, suggest that they are more generalist foragers than currently acknowledged.