Entraînement fractionné de haute intensité : effets sur l'activité de la maladie et les risques de maladies cardiovasculaires chez les adultes atteints de polyarthrite rhumatoïde : travail de Bachelor

Girardet, Simon ; Berret, Patrick ; Bellemare, Pierre (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de santé Genève, 2019.

Introduction : La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une des maladies inflammatoires chroniques les plus répandues. En plus de provoquer des déficiences fonctionnelles importantes, elle augmente aussi le risque de maladies cardiovasculaires. L’activité physique à dominance aérobie permet de réduire la mortalité liée aux maladies cardiovasculaires (CVD) chez les personnes atteintes de PR.... More

Add to personal list
    Résumé
    Introduction : La polyarthrite rhumatoïde (PR) est une des maladies inflammatoires chroniques les plus répandues. En plus de provoquer des déficiences fonctionnelles importantes, elle augmente aussi le risque de maladies cardiovasculaires. L’activité physique à dominance aérobie permet de réduire la mortalité liée aux maladies cardiovasculaires (CVD) chez les personnes atteintes de PR. Il se pourrait que l’entraînement fractionné de haute intensité (HIIT) soit efficace dans la diminution du risque de CVD, sans effets délétères sur l’activité de la maladie. Objectif : Evaluer si le HIIT diminue le risque de maladies cardiovasculaires et améliore les capacités fonctionnelles sans aggraver la maladie chez des adultes souffrants de PR. Méthode : Les recherches ont été effectuées sur les bases de données PubMed, PEDro, Cochrane et Embase. Trois études ont été sélectionnées : une RCT et deux études pilotes. Ces études ont été évaluées à l’aide de la grille d’évaluation d’études quantitatives “McMaster”. Résultats : Au regard du niveau d’invalidité, de l’activité de la maladie et de l’inflammation, les trois études sélectionnées montrent que le HIIT n’est pas néfaste pour les personnes atteintes de PR. Elles démontrent également que la capacité aérobie est améliorée significativement par cet entraînement. Les résultats sont plus mitigés par rapport aux capacités fonctionnelles. Conclusion : Le HIIT semble prometteur pour le traitement non-pharmaceutique de la PR. Notre revue montre une augmentation de la capacité aérobie (VO2max et VO2pic), corrélée à une diminution des risques de CVD. La maladie n’est pas péjorée par cet entraînement. Les résultats sont plus mitigés concernant les capacités fonctionnelles. Ces résultats sont à prendre avec prudence au vus des biais de cette revue.