Faculté des lettres et sciences humaines

Un avenir pour un espace d'exposition tel que le Stapferhaus en Romandie? : Enquête auprès de responsables et de publics d'institutions muséales et culturelles en Romandie

Reymond, Aude ; Courvoisier, François (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2013.

Dans ce travail de mémoire, l’auteure a cherché à savoir s’il y avait un intérêt à créer un espace d’exposition comme le Stapferhaus en Suisse romande. L’auteure a fait l’hypothèse qu’il serait pertinent d’avoir un tel lieu en Romandie, étant donné la spécificité de ses expositions, de leur importante fréquentation, de la langue limitant leurs accès aux germanophones... More

Add to personal list
    Résumé
    Dans ce travail de mémoire, l’auteure a cherché à savoir s’il y avait un intérêt à créer un espace d’exposition comme le Stapferhaus en Suisse romande. L’auteure a fait l’hypothèse qu’il serait pertinent d’avoir un tel lieu en Romandie, étant donné la spécificité de ses expositions, de leur importante fréquentation, de la langue limitant leurs accès aux germanophones ainsi que de l’absence d’un tel espace en Romandie. Pour répondre à cette question de recherche, deux enquêtes d’opinions ont été réalisées : d’une part une étude qualitative et d’autre part une étude quantitative. La première avait pour but d’obtenir des points de vue de responsables de musées et de lieux culturels romands dans une optique compréhensive. La seconde visait à mesurer l’intérêt potentiel pour de telles expositions auprès de publics de musées et de lieux culturels romands. Trois principaux résultats sont ressortis de l’analyse. Premièrement, les données ont révélé un potentiel intérêt pour les expositions du type du Stapferhaus et pour la création d’un tel espace d’exposition en Romandie. Deuxièmement, l’enquête quantitative a permis d’observer plus d’attraction pour ces expositions et plus de faveur à la création d’un espace en Romandie des répondants avec une formation supérieure, des étudiants et des personnes ayant moins de 41 ans. Troisièmement, l’envergure du projet de création d’un espace a été soulignée, nécessitant des soutiens importants culturels, financiers et politiques ainsi que du temps pour convaincre ces partenaires en réalisant des expositions préalables. Dès lors, l’auteure a estimé qu’il serait plus approprié d’élaborer de telles expositions dans des lieux existants en Romandie avant de concevoir un espace d’exposition. Bien que les données recueillies de cette étude soient pertinentes, la petite taille de l’échantillon du public culturel romand ainsi que le faible nombre d’entretiens réalisés avec les responsables sont les principales critiques de ce travail. En ce sens, les résultats ne peuvent en aucun cas être généralisés. Une autre limite est le questionnaire, qui comprend plusieurs défauts au niveau du contenu tels que des lacunes et des questions imprécises limitant la validité des résultats. Finalement, pour mieux appréhender la création d’un tel espace en Romandie, il serait utile d’approfondir l’étude du Stapferhaus, tels que son environnement et ses ressources.