Mise en place d'un outil de composition de portefeuilles pour des investisseurs non institutionnels

Courvoisier, Nicolas ; Caboussat, Alexandre (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2012 ; TDEE 149.

Depuis les événements de la crise des « subprimes » de 2007, de nombreuses critiques ont été émises par rapport à la structure et au mode de fonctionnement de l’environnement financier. À la suite de cela, les gouvernements et les organes de contrôles se sont concertés afin de définir un cadre opérationnel et instaurer de nouvelles réglementations. Les dernières recommandations... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Depuis les événements de la crise des « subprimes » de 2007, de nombreuses critiques ont été émises par rapport à la structure et au mode de fonctionnement de l’environnement financier. À la suite de cela, les gouvernements et les organes de contrôles se sont concertés afin de définir un cadre opérationnel et instaurer de nouvelles réglementations. Les dernières recommandations du Comité de Bâle s’inscrivent justement dans cette direction. Mais alors qu’on s’entête à restructurer le système financier pour le rendre plus efficient, en y intégrant notamment des normes de contrôles et des principes s’inscrivant dans le domaine de la responsabilité sociale, certains économistes remettent également en cause les fondements conceptuels sur lesquels reposent les modèles financiers. C’est dans ce contexte particulier que s’inscrit l’étude de ce mémoire. En effet, puisque l’objectif de ce travail est la réalisation d’un outil de composition de portefeuilles pour des investisseurs non institutionnels, il est donc indispensable de se baser sur les modèles financiers qui sont à l’origine de la rapide mutation des stratégies de gestion de portefeuille. Ipso facto, les principales recherches scientifiques qui ont marqué l’évolution de la théorie financière ont été brièvement présentées, pour ensuite s’orienter sur l’exploration des techniques traditionnelles de gestion de portefeuille. Puis, un accent plus particulier a été mis sur la théorie du portefeuille de H. Markowitz et le modèle d’équilibre des actifs financiers de W. F. Sharpe, J. L. Treynor, J. Lintner et J. Mossin, puisqu’ils s’inscrivent comme étant les premières études sérieuses, liées à la finance de marché. Une approche critique et pragmatique de ces modèles a mené à l’exposition de nombreux exemples concrets, illustrés par des simulations graphiques provenant de l’outil développé dans le cadre de cet ouvrage. Bien évidemment, la problématique que pose l’élaboration d’un programme de composition de portefeuilles a nécessité une étude technique préalable. C’est la raison pour laquelle, certaines sections ont été entièrement dédiées au fonctionnement de l’outil, en décrivant spécifiquement certains aspects du cahier des charges. En conclusion, une synthèse des principaux arguments liés aux modèles financiers a été réalisée, notamment grâce à l’interaction avec un professionnel de la gestion de portefeuille. Cette dernière étape a également été consacrée à la mise en place de recommandations personnelles, quant à la validité de ces modèles et à leur intégration au sein du logiciel. Finalement, une analyse critique du programme a été menée, afin d’élaborer une liste d’améliorations à venir et définir l’orientation que prendra le logiciel à plus long terme.