Faculté des lettres et sciences humaines

Les prisons qui s'exportent : géo-ethnographie des espaces carcéraux colombiens à l'ère de la mobilité globale

Dardel, Julie de ; Söderström, Ola (Dir.) ; Hertz, Ellen (Codir.) ; Robert, Christian-Nils (Codir.) ; Staszak, Jean-François (Codir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2013.

Depuis 2000, le système carcéral colombien a connu une profonde transformation sous l’influence des accords entre les gouvernements américain et colombien en matière de politiques pénales et pénitentiaires. Cette thèse analyse, d’une part, les circonstances dans lesquelles la prison américaine de haute sécurité a été transférée en Colombie et, d’autre part, les implications de... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Depuis 2000, le système carcéral colombien a connu une profonde transformation sous l’influence des accords entre les gouvernements américain et colombien en matière de politiques pénales et pénitentiaires. Cette thèse analyse, d’une part, les circonstances dans lesquelles la prison américaine de haute sécurité a été transférée en Colombie et, d’autre part, les implications de cette « importation » sur les conditions d’emprisonnement. Reposant sur un riche matériel empirique recueilli au cours d’une importante recherche de terrain en Colombie et aux Etats-Unis, ce travail appréhende la mobilité internationale du modèle carcéral américain à partir d’une double focale géopolitique et ethnographique. Celle-ci permet de restituer les modalités du processus de mobilité de façon détaillée, en se concentrant notamment sur l’expérience quotidienne des acteurs (agents de l’administration pénitentiaire et détenus), tout en expliquant les enjeux politico-économiques qui sous-tendent ce transfert. La thèse insiste sur l’importance des pratiques culturelles de la prison criolla – le modèle carcéral colombien d’origine – dans la manière dont a été adapté et façonné le modèle américain de prison dans le contexte local. En se fondant, enfin, sur les ressources conceptuelles de Giorgio Agamben et Erving Goffman, les nouvelles prisons colombiennes sont décrites à la fois comme un espace de contrainte, de dépossession et de contrôle sans précédent et comme un espace de résistance multiforme de la part de la communauté des prisonniers.