La dématérialisation de la monnaie en Suisse

Artucio, Noami Nelly ; Fasler, Claude (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2018 ; TDEE 374.

Ce travail de Bachelor résulte de l’intérêt grandissant des différents pays à opter pour des sociétés « cash-less ». Le changement d’habitude des consommateurs, la numérisation croissante des données et les nouvelles technologies apportent leur lot de renversements. Il était dès lors nécessaire de poursuivre une étude sur la faisabilité d’une dématérialisation de la... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail de Bachelor résulte de l’intérêt grandissant des différents pays à opter pour des sociétés « cash-less ». Le changement d’habitude des consommateurs, la numérisation croissante des données et les nouvelles technologies apportent leur lot de renversements. Il était dès lors nécessaire de poursuivre une étude sur la faisabilité d’une dématérialisation de la monnaie en Suisse et d’en établir les conséquences. Il est tout d’abord essentiel de mettre en évidence le besoin même de la monnaie ; son histoire, son rôle ainsi que l’implication de la Banque nationale suisse dans sa création. En croisant ces éléments et les tendances actuelles nous parvenons ainsi à obtenir une visibilité temporelle nous permettant de nous pencher sur un futur probable. La suite de ce travail porte inévitablement sur les avantages et inconvénients d’une suppression de la monnaie fiduciaire, comprendre ce qu’elle apporte actuellement et ce que pourrait engendrer sa suppression. Plusieurs dimensions doivent être prises en compte, l’aspect économique bien évidemment mais également l’aspect psychosocial et son influence sur les différentes couches de la société. Des arguments et des ressentis relevés grâce à des questionnaires et discussions. Finalement, il a été question d’évaluer quels pourraient être les alternatives et compléments préférés par les acteurs du circuit économique s’ils ne souhaitent pas adhérer au futur système bancaire. C’est pourquoi, certaines analyses ont porté sur l’attrait des crypto-monnaies et la confiance qui leur est portée. Les informations récoltées m’ont permises de supputer qu’en ne procédant à aucun changement qu’ils soient règlementaires, technologiques, sécuritaires ou encore sociétaux cette dématérialisation ne pourrait pas être viable. C’est pourquoi, des recommandations portant sur ces éléments ont été émises afin d’établir l’hypothèse que des changements stratégiques devront être mis en place par la Confédération et les établissements bancaires. Ces modifications s’inscrivent dans la nécessité de remporter la confiance des citoyens pour pouvoir émettre une nouvelle monnaie, digitale et surveillée par les autorités.