Faculté des sciences économiques et sociales

Essays on the supply side of raw wood

Krähenbühl, Géraud ; Farsi, Mehdi (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2018 ; 2739.

The Swiss forestry industry is a complex environment including aspects of both public and private sectors. As a consequence, pure public sector economics cannot be fully applied in this context as forestry firms are in the private market of selling raw wood; it turns out to be an important part of their job and most of their revenues. At the same time, it is not possible to only consider the... More

Add to personal list
    Résumé
    L’industrie forestière suisse est un environnement complexe comprenant autant des aspects du secteur public que du secteur privé. Ainsi, l’économie publique au sens strict du terme ne peut pas pleinement s’appliquer dans ce contexte car les entreprises forestières coupent et vendent du bois brut sur le marché privé; cela s'avère d’ailleurs être une partie importante de leur travail et forme une part significative de leurs revenus. En même temps, il n'est pas possible de considérer uniquement le marché privé du bois brut, car l’industrie forestière fournit également de nombreux services publics et non commercialisables qui jouent un rôle crucial pour notre société. Ces services incluent, entre autres, l’entretien des routes, la protection des infrastructures et de la population contre les avalanches ou les glissements de terrain, la préservation de la biodiversité et les activités de loisirs.
    L’objectif principal de ce travail est d'analyser le comportement et la performance du secteur forestier suisse, qui fournit à la fois des services publics et privés (secteur "hybride"). Pratiquement, l’objectif est d’élaborer et d’appliquer une méthodologie permettant de décrire la structure de l’offre du secteur forestier, qui est un exemple de secteur hybride, mais certainement pas le seul; le secteur de l’électricité ou celui de l’éducation, par exemple, partagent des caractéristiques très similaires. L'applicabilité des méthodes présentées dans cette thèse va donc bien au-delà du seul domaine de l'économie forestière, et ce dans tout secteur impliquant une combinaison de services publics et privés.
    La thèse est composée de trois chapitres qui se complètent dans l'analyse du secteur forestier suisse. L’objectif du premier chapitre est de mieux comprendre la structure de coûts des entreprises forestières et d’obtenir un aperçu de leur performance en matière de coûts et sur la manière de l’accroître. L'utilisation d'économies d'échelle et l'effet de la sous-traitance sont primordiaux dans cette analyse. Le secteur forestier étant très fragmenté et de nombreuses petites entreprises opérant dans cet environnement à forte intensité de capital, je présente certaines preuves selon lesquelles des réductions de coûts sont possibles grâce à une augmentation de la taille des entreprises. La collaboration et la sous-traitance sont également des alternatives potentielles. Le deuxième chapitre se concentre sur et vérifie l'hypothèse selon laquelle les entreprises forestières maximisent leurs profits. De nombreuses évidences suggèrent que le secteur est confronté à un fort manque d'efficacité, du moins du seul point de vue économique. En outre, l'existence d'un pouvoir de marché est testée à l'aide de deux facteurs principaux: la taille de l'entreprise et le niveau des subventions. Alors que l'hypothèse de maximisation du profit est fortement rejetée par les estimations, le pouvoir de marché pourrait exister dans certaines circonstances spécifiques, la taille étant le principal facteur. Enfin, la dernière analyse de cette thèse attribue un rôle central à la multifonctionnalité des forêts, qui constitue depuis très longtemps un aspect important de la gestion des forêts en Suisse. Dans ce contexte, la motivation première est de la prendre explicitement en compte et d’évaluer la valeur des différents services publics du point de vue des entreprises. La protection apparaît comme le seul service public contraignant, ce qui s'explique dans une certaine mesure par son importance économique et réglementaire vis-à-vis des autres.
    Cette thèse est un travail exploratoire. Certaines méthodologies spécifiques ont été développées et appliquées ; d’autres sont connues et appliquées dans d'autres domaines économiques mais n'ont été utilisées que très peu, voire pas, à l'industrie forestière.
    Summary
    The Swiss forestry industry is a complex environment including aspects of both public and private sectors. As a consequence, pure public sector economics cannot be fully applied in this context as forestry firms are in the private market of selling raw wood; it turns out to be an important part of their job and most of their revenues. At the same time, it is not possible to only consider the private market of raw wood as they also provide numerous public and non-marketable services which play a crucial role for our society. These services include, among others, road maintenance, protection of infrastructure and population against avalanches or landslides, biodiversity preservation or recreational activities.
    The general motivation of this thesis is the analysis of the behaviour and the performance of the Swiss forestry sector, which provides both private and public services ("hybrid" sector). Practically, the objective is to develop and apply a methodology to describe the structure of the supply side of the forestry industry, which is an interesting example of a hybrid sector, but certainly not the only one; utility or education, for example, share very similar characteristics. The applicability of the methods presented in this thesis goes well beyond the sole field of forestry economics, in any sector involving a mix of public and private services. %The research is a combined analysis of these two sectors (public and private) that are closely related, especially true in the case of the forestry industry.
    The thesis is composed of three different chapters complementing each other in the analysis of the Swiss forestry sector. The motivation of the first chapter is to better understand the cost structure of the forestry firms and get insight on their cost performance and how to increase it. The use of economies of scale and the effect of outsourcing are paramount in this analysis. With the forestry sector being highly fragmented with many small firms operating in this capital intensive environment, I present some evidence that cost reductions are possible through an increase of firms' size. Collaboration and outsourcing are potential alternatives as well. The second chapter focuses on and tests the hypothesis that forestry firms are profit maximizers regarding raw wood. Many evidences suggest that the sector faces strong lack of efficiency, at least from a sole economic point of view. In addition, the existence of market power is tested using two main drivers: the size of firm, and the level of subsidies. While the profit maximization hypothesis is strongly rejected by the estimations, the market power could exist in some specific circumstances, with size as the main driver. Finally, the last analysis of this dissertation gives the multifunctionality of forests a central role, as it has been an important aspect of forest management in Switzerland for a very long time. In this context, the foremost motivation is to explicitly take it into account and assess the value of the different public services from the firms' perspective. Protection appears to be the only binding public service, which, to be some extent, can be explained by its economic and regulatory importance, compared to the others.
    This dissertation is an exploratory work. Specific methodologies and specifications have been developed and applied. Other applied methodologies are known in some other economic fields but have been only scarcely, if any, applied to the forestry industry.