Faculté des lettres et sciences humaines

Les bâtisseurs de l'impermanence : de la terre ocre aux parois de bambou : articulation des savoir-faire autour de l'élaboration d'une maison temporaire en RDP Lao

Jousset, Amanda ; Geslin, Philippe (Dir.)

Mémoire de master : Université de Neuchâtel, 2014 ; 361.

L'habitation en Asie du Sud-Est, de par la variété de ses bâtiments, a été étudiée par de nombreux chercheurs et chercheuses. Toutefois, souvent, l'habitation est étudiée sous un angle qui considère cet artefact comme étant le produit de savoir-faire et d'un mode de pensée traditionnels. Or, les savoir-faire sont plus que des actes issus de la tradition et voir un artefact tel que... More

Add to personal list
    Résumé
    L'habitation en Asie du Sud-Est, de par la variété de ses bâtiments, a été étudiée par de nombreux chercheurs et chercheuses. Toutefois, souvent, l'habitation est étudiée sous un angle qui considère cet artefact comme étant le produit de savoir-faire et d'un mode de pensée traditionnels. Or, les savoir-faire sont plus que des actes issus de la tradition et voir un artefact tel que la maison comme étant le produit uniquement de savoir-faire qui ont été transmis d'une génération à l'autre ne suffit pas à comprendre la complexité de la chaîne opératoire et la manière dont elle se met en place étape par étape. En effet, cette chaîne opératoire est une articulation non seulement de plusieurs savoir- faire autour d'une action collective, mais aussi de toutes les relations sociales et autres influences qui dépassent le cadre de l'action et du village. Comment alors parler des savoir-faire ? Comment des gestes qui semblent héréditaires et particuliers à un groupe peuvent-ils se transmettre ? En voulant montrer comment l'allure soi-disant traditionnelle des habitations lao n'est en fait qu'un aspect réduit de la maison, cet article veut montrer comment les dynamiques sociales, les influences économiques et le cadre politique des dernières années participent à donner à la maison la forme et la fonction qu'elle peut avoir aujourd'hui, notamment par l'accès à différents marchés et par un accès réglementé à la terre. Pour ce faire, je me penche ici sur le savoir-faire en le considérant comme un lien entre l'individu et l'environnement qui l'entoure, lui permettant ainsi d'y agir en maîtrisant les mouvements de son corps et en orientant les perceptions que peuvent recevoir ses sens. Au lieu d'incorporer une connaissance, l'acteur en comprend la finesse et la complexité suivant sa propre expérience du monde et les savoirs qu'il en a retirés, comprend les logiques des gestes d'abord par la maîtrise de son propre corps. Il est alors guidé par des tuteurs plus expérimentés. En outre, la construction de la maison est un moment particulier, car elle demande la réunion de plusieurs personnes, jeunes et moins jeunes, qui doivent alors s'organiser pour pouvoir réaliser une action, en faisant notamment appel à des réseaux d'entraide qui existent parmi la population villageoise. Ce travail, en se penchant sur l'élaboration d'une maison temporaire qui doit être construite rapidement vise à mettre en évidence une des faces de la complexité de la transmission de savoir-faire dans un processus non pas passif et répétitif, mais bel et bien actif et créatif.