Faculté des sciences et de médecine

La Formation du Grand Essert (Jura franco-suisse; Valanginien supérieur p.p. à Hauterivien supérieur basal) = The Grand Essert Formation (French-Swiss Jura Mountains; late Valanginian p.p. to earliest late Hauterivian)

Strasser, André ; Clavel, Bernard ; Monteil, Eric ; Charollais, Jean ; Piuz, André ; Mastransgelo, Bruno

In: Archives des Sciences, 2018, vol. 70, p. 205-282

Le terme de Formation du Grand Essert a été proposé en 2016 pour remplacer ceux de « Marnes d’Hauterive » auct. et « Pierre jaune de Neuchâtel » auct. attribués à l’« Hauterivien » auct. dans le Jura franco-suisse. L’objet de cette note est, dans un premier temps, de décrire et d’interpréter la lithologie de la coupe-type représentative de cette nouvelle formation,... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le terme de Formation du Grand Essert a été proposé en 2016 pour remplacer ceux de « Marnes d’Hauterive » auct. et « Pierre jaune de Neuchâtel » auct. attribués à l’« Hauterivien » auct. dans le Jura franco-suisse. L’objet de cette note est, dans un premier temps, de décrire et d’interpréter la lithologie de la coupe-type représentative de cette nouvelle formation, d’une épaisseur de 112,5 m, relevée dans la localité-type du Grand Essert le long de la route D991, entre Confort et Chésery, sur la rive gauche de la vallée de la Valserine (Jura méridional, Ain, France). La Formation du Grand Essert comprend, à la base, le Membre d’Hauterive composé de 52 m de marnes dans lesquelles apparaissent des bancs et des nodules calcaires contenant souvent des grains de quartz et de glauconie. Les faciès indiquent un milieu calme en dessous de la limite de l’action des vagues de beau temps, avec l’apport périodique de matériel bioclastique allochtone. Au-dessus, le Membre de Neuchâtel d’une épaisseur de 60,5 m se compose de calcaires bioclastiques localement quartzo-glauconieux. Au sein de ce membre s’intercale un horizon marneux d’origine marine, les Marnes des Uttins. Les bancs calcaires montrent des structures sédimentaires entrecroisées qui suggèrent la présence de courants tidaux. Dans un deuxième temps, les auteurs proposent des corrélations basées sur la biostratigraphie (ammonites et dinokystes) et l’analyse séquentielle, entre la coupe-type et d’autres coupes et forages publiés dans le Jura franco-suisse. La corrélation avec une coupe du Bassin vocontien (Haut Vergons) permet de discuter jusqu’à quel point l’enregistrement sédimentaire de la Formation du Grand Essert était contrôlé par des fluctuations du niveau marin. Finalement, les ammonites et dinokystes permettent de bien dater la Formation du Grand Essert qui s’étend du Valanginien supérieur pro parte jusqu’à la base de l’Hauterivien supérieur. Le Membre d’Hauterive commence dans la zone à Peregrinus. L’intervalle Peregrinus-Furcillata est partout fortement condensé (comme la partie sommitale de la Formation du Vuache sous-jacente dans le Jura neuchâtelois) tandis que les sédiments de la zone à Radiatus sont bien représentés. La limite entre le Membre d’Hauterive et le Membre de Neuchâtel se situe dans la zone à Loryi. Le Membre de Neuchâtel occupe la partie supérieure de la zone à Loryi et toute la zone à Nodosoplicatum. La limite Nodosoplicatum / Sayni se trouve au sein de la partie sommitale du Membre de Neuchâtel. La base de la Formation des Gorges de l’Orbe sus-jacente est datée de la zone à Sayni.