Valorisation des fonds d’archives de la RTS : diffuser les archives en dehors des réseaux sociaux

Hahling, Héloïse ; Dubosson, Françoise (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2018 ; TDB 2371.

Depuis quelques années, le service Données et Archives (D+A) de la RTS a pris en charge une partie importante de la valorisation des fonds d’archives audiovisuelles de la RTS qui revêtent une importance patrimoniale incontestable. Cette démarche se fait sur les réseaux sociaux avec succès, mais D+A souhaite diversifier son offre en termes de valorisation d’archives, réduire sa... More

Add to personal list
    Résumé
    Depuis quelques années, le service Données et Archives (D+A) de la RTS a pris en charge une partie importante de la valorisation des fonds d’archives audiovisuelles de la RTS qui revêtent une importance patrimoniale incontestable. Cette démarche se fait sur les réseaux sociaux avec succès, mais D+A souhaite diversifier son offre en termes de valorisation d’archives, réduire sa dépendance aux algorithmes des réseaux sociaux et atteindre un public qui n’utilise pas ces canaux. Ainsi, ce travail a pour but de donner une vision d’ensemble des actions de valorisation envisageables autour des fonds de la RTS et de proposer à D+A des pistes de développement de sa stratégie de valorisation. Dans cette optique, la partie théorique explique pourquoi la valorisation des fonds est confiée aux services d’archives et en quoi la diffusion est la fonction archivistique qui donne du sens au traitement des documents : il s’agit de rendre le patrimoine au public à qui il revient et de justifier le travail du service. Ensuite, l’étude des méthodes utilisées pour promouvoir des fonds comparables à ceux de la RTS, confrontée aux actions de valorisation en place à la RTS, permet de constater que l’entreprise est déjà positionnée sur la plupart des moyens de valorisation recensés : son offre est déjà très complète, mais le service D+A ne se repose pas pour autant sur ses acquis, puisque de nouveaux projets destinés à mettre en avant les fonds sont entrepris régulièrement. Ces constats montrent que le service D+A fait preuve de dynamisme dans ses actions de valorisation et tend à se positionner sur les nouvelles technologies, mais que son offre manque de clarté pour les autres services de l’entreprise. Ensuite, la RTS comprend de nombreux services entre lesquels de riches collaborations pourraient naître, surtout maintenant que la redevance télévision et radio est sur le point de diminuer, remettant en jeu le fonctionnement de l’entreprise. Finalement, cinq propositions sont faites au service D+A pour renforcer sa stratégie de valorisation des fonds, tout en exploitant ses forces et saisissant des opportunités pour réduire ses faiblesses et prévenir les menaces : mettre en place une politique de valorisation, développer une présence pédagogique, créer une application mobile proposant un itinéraire physique, concevoir une offre permettant la réappropriation des archives par le public et initier une collaboration avec la Fondation Wikimédia. Parmi ces suggestions, le service D+A a opté pour que le scénario d’organisation d’un concours de réappropriation d’archives par le public soit approfondi, car cette proposition avait l’avantage de changer la démarche de la RTS, puisqu’il s’agit d’inviter le public à créer une oeuvre originale à base d’un patrimoine qui lui revient.